Villas des Rivières: un groupe de pression de Bedford demande le statu quo pour un an

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Villas des Rivières: un groupe de pression de Bedford demande le statu quo pour un an
Le changement de vocation de la RPA Villas des Rivières a entraîné la création d’un comité citoyen voué à la sauvegarde des services de santé dans le pôle géographique de Bedford. (Photo : L’Avenir & Des Rivières – Claude Hébert)

AÎNÉS. Le changement de vocation de la résidence Villas des Rivières, qui doit prendre effet dès l’été prochain, suscite de vives réactions dans le pôle régional de Bedford.

Cette annonce a notamment donné lieu à la création d’un groupe de pression – composé d’élus et d’anciens élus municipaux, de représentants de la Fondation Claude De Serres, de la Fondation Lévesque-Craighead et du club FADOQ de la région de Bedford – qui s’oppose à la décision de l’Office d’habitation (OH) Brome-Missisquoi et lui demande de reconsidérer sa position à court terme.

Le nouveau comité de citoyens indique que ce changement de vocation «soulève l’indignation dans la communauté». Il fait également valoir que la décision de l’OH Brome-Missisquoi a été prise de façon unilatérale, sans consulter les principales organisations ayant investi dans la réalisation du projet Villas des Rivières (Ville de Bedford, Fondation Lévesque-Craighead, CLSC-CHSLD de Bedford).

«Notre premier cheval de bataille, c’est une demande de statu quo à Villas des Rivières pour au minimum une année, afin que des alternatives soient étudiées en vue du maintien des services essentiels actuellement offerts, mais appelés à disparaître le 1er juillet prochain. Nous croyons qu’avec plus de temps et de bonne volonté de toutes les instances, une solution gagnante émergera», signale Normand Déragon, membre du groupe de pression et ex-conseiller municipal de la Ville de Bedford.

Impacts de la nouvelle certification

Le Comité citoyen pour les services de santé du pôle de Bedford (CCSSPB) rappelle que le changement de certification de Villas des Rivières forcera les résidents semi-autonomes à déménager, car ces derniers ne pourront plus bénéficier des soins d’hygiène et d’infirmerie actuellement dispensés par des préposés aux bénéficiaires.

«Les ressources de ce type sont rares dans notre région. La Résidence du Dutch étant principalement dédiée aux gens en perte de facultés cognitives, il ne restera que la Résidence Bedford qui a déjà un liste d’attente», insiste M. Déragon.

Pierrette Messier, membre du CCSSPB et ex-conseillère municipale du Canton de Bedford, souligne que le changement de vocation de Villas des Rivières «aura également un impact sur les actuels résidents autonomes de Villas des Rivières qui seront éventuellement confrontés à la problématique de la perte d’autonomie, une caractéristique du vieillissement de l’individu.»

Anick Flacon, une proche aidante dont la mère souffre de la maladie de Parkinson et dont la tante est aux prises avec de légers troubles cognitifs, semble convaincue que ces dernières devront déménager si la décision de l’OH Brome-Missisquoi est maintenue.

«Ma mère s’est faite des ami(e)s à Villas des Rivières et va perdre ces précieux contacts (…) Son nom est déjà sur la liste d’attente de la Résidence Bedford, mais il y a 49 autres noms devant le sien. Et si elle finit par se retrouver dans une ressource intermédiaire, faute d’autres options, je crains qu’elle soit tirée par le bas», affirme Mme Falcon.

Cette dernière reproche également à l’OH Brome-Missisquoi d’avoir placé les familles devant le fait accompli.

«La réunion d’information à l’intention des résidents et des familles a eu lieu en après-midi, alors que beaucoup de gens étaient au travail. L’avis de convocation était par ailleurs très vague et ne faisait aucunement allusion à un changement de vocation», précise-t-elle.

L’avis de convocation, dont L’Avenir & Des Rivières a obtenu copie, se lisait comme suit: «Cette réunion a pour but de vous informer et de vous expliquer les changements et nouveaux tarifs qui figureront sur votre prochain bail (…) Vous pouvez être accompagné d’un membre de votre famille (…)».

Autres revendications du CCSSPB

Même si le dossier de Villas des Rivières constitue son principal cheval de bataille, le groupe de pression entend également tout mettre en œuvre pour prévenir la perte d’autres services gouvernementaux en matière de santé dans le pôle régional de Bedford.

Le CCSSPB veut notamment s’assurer que les médecins omnipraticiens locaux qui vont prendre leur retraite prochainement seront bel et bien remplacés par le CIUSSS de l’Estrie – CHUS.

Le Comité réclame par ailleurs des garanties quant au maintien des services auxiliaires offerts au CLSC de Bedford (radiologie, prises de sang).

 

MEMBRES DU COMITÉ DE CITOYENS POUR LES SERVICES DE SANTÉ DU PÔLE DE BEDFORD

• Yves Lévesque (ex-maire de la ville de Bedford)

• Pierrette Messier (ex-conseillère municipale du Canton de Bedford)

• Normand Déragon (ex-conseiller municipal de la ville de Bedford)

• Lise Gnocchini (infirmière à la retraite reconnue pour son intérêt pour les services de santé locaux)

• André Beaumont (président du club FADOQ de la région de Bedford).

• Christiane Granger (présidente de la Fondation Lévesque-Craighead)

• Astrid Gagnon (Fondation Claude De Serres)

• Yves Gnocchini (conseiller municipal de la ville de Bedford)

• Dominique Martel (mairesse de Saint-Ignace-de-Stanbridge et membre du comité Santé de la MRC de Brome-Missisquoi)

• Daniel Tétreault (maire de Notre-Dame-de-Stanbridge et préfet suppléant de la MRC de Brome-Missisquoi)

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Francois Aubuchon
Francois Aubuchon
3 mois

Pourquoi ne pas organisé un gofundme (campagne de financement) pour réalisé la construction d’une autre résidence sur un terrain que la municipalité a juridiction. Je sais que ce n’est pas toujours évident mais nos gouvernement ne semble plus vraiment vouloir gérer nos aînés !!