Christian Bégin invite Brome-Missisquoi à afficher sa différence

ÉCONOMIE. Plus de 150 intervenants du secteur agroalimentaire et du milieu touristique régional sont réunis au Château Bromont, aujourd’hui, dans le cadre de la Journée tourisme et vin Brome-Missisquoi animée par le conférencier Christian Bégin.

L’animateur de Curieux Bégin, une émission diffusée depuis neuf ans sur les ondes de Télé-Québec, parle avec éloquence de sa passion pour le vin et de son amour pour la région de Kamouraska. Ce conteur né va encore plus loin en nous faisant découvrir et partager les liens qui l’unissent à ces deux univers bien distincts.

Christian Bégin en a vu des vignobles au cours de son existence, mais ce sont souvent les petites exploitations à dimensions humaines qui retiennent son attention et le gardent captif, le temps d’une soirée et d’un dodo. Il faut l’entendre parler de sa visite de la région viticole Napa Valley (Californie), au volant d’une Mustang rouge décapotable, pour bien saisir sa vision des choses.

Grand amateur du film Le Parrain et admirateur du cinéaste Francis Ford Coppola, Bégin avait choisi de débuter sa tournée au vignoble des Coppola. S’il a été vivement impressionné par le musée cinématographique niché au deuxième étage de la propriété, l’accueil qu’on lui a réservé cette journée-là n’a visiblement pas été à la hauteur de ses attentes. Précisons ici qu’il s’y aventurait en dehors de la saison touristique.

La même journée, Bégin s’est arrêté au vignoble Sterling, une petite exploitation du même secteur, où les propriétaires l’ont accueilli en amis, même s’ils ne savaient rien de lui.

«Ces gens-là avaient envie de me raconter leur histoire, de me faire partager leur amour du vin et de me dire ce qui les anime. Pour un visiteur, c’est souvent ce genre de témoignage qui fait toute la différence», précise-t-il.

Esprit de collaboration

En parcourant les routes des vins de la planète, Christian Bégin a eu l’impression que beaucoup de vignerons «tirent la couverte chacun de leur bord» sans prendre le temps d’établir une véritable forme de collaboration avec leurs voisins. «Chacun fait son show, sort son feu d’artifice, sans vraiment vouloir contribuer au spectacle collectif», explique-t-il.

Selon Bégin, les artisans de la Route des vins de Brome-Missisquoi ont su éviter de commettre pareille erreur… et c’est tout à leur honneur!

«Dans cette industrie, un vigneron doit être capable de se distinguer, de tirer son épingle du jeu, tout en jouant dans la même pièce que les autres. Il faut savoir développer sa singularité tout en misant sur les attraits de la région», explique-t-il.

Christian Bégin laisse entendre que les commerçants de la rue Morel, à Saint-Germain de Kamouraska, ont compris que l’arrivée d’un nouveau joueur dans le décor n’a rien de menaçant. Ils n’hésitent plus aujourd’hui à référer leurs clients aux voisins. «Plus on est de joueurs, plus on attire de monde, à plus forte raison quand chaque joueur a sa propre couleur. Ça bonifie l’offre, ça grossit la tarte», affirme-t-il.

Toujours selon l’animateur de Curieux Bégin, chaque région a intérêt à s’afficher en tablant sur ce qu’elle fait de mieux.

«Plus vous vous nommez comme région, plus vous provoquez des rencontres. Il n’y a rien de mieux que d’afficher sa différence, sa singularité», insiste-t-il.

Ce grand amoureux des régions entend profiter de la dixième saison de  l’émission qui porte son nom pour faire connaître davantage les vins du Québec et, pourquoi pas, les régions d’où ils proviennent.

«Je m’engage à présenter au moins un produit québécois à chaque émission», ajoute-t-il devant un auditoire déjà conquis d’avance.