Farnham Ale & Lager se dote de silos à grain

BIÈRE. La brasserie Farnham Ale & Lager acquiert de nouveaux équipements d’entreposage afin de réduire ses coûts de production.

«Les deux silos à grain de 40 tonnes chacun,  acquis au coût de 40 000 $ chez Équipements Dussault de Pike River, nous seront livrés en pièces détachées d’ici  deux à trois semaines, puis assemblés sur place. Ils devraient être fonctionnels dès la mi-décembre. L’aménagement du site d’entreposage a été confié à un entrepreneur local», indique Jean Gadoua, porte-parole de la brasserie du boulevard Normandie.

L’entreprise brassicole prévoit réaliser des économies de l’ordre de 40 000 $ par an et récupérer son investissement dès la première année en achetant son orge malté canadien en grosse quantité chez un fournisseur de Bedford. Elle se procure actuellement du grain en petite quantité dans des sachets.

«Farnham Ale & Alger a eu besoin de 130 à 140 tonnes métriques de grain cette année et prévoit en utiliser entre 150 et 250 tonnes dans un avenir rapproché», ajoute M. Gadoua.

Les silos seront installés sur un terrain acquis de la municipalité par le Fonds de développement Farnham-Rainville, propriétaire du bâtiment abritant la brasserie.

«La présence des silos ne perturbera en rien la quiétude du voisinage, car aucun appareil motorisé n’est requis pour ce genre d’installation. Les autorités municipales  sont très strictes en matière de bruit», signale le maître-brasseur.

Trois ans déjà

En 2016, Farnham Ale & Lager aura brassé de 9 000 à 10 000 hectolitres de bière, soit 2 500 à 3 500 de plus que l’année précédente.

La brasserie compte désormais cinq produits réguliers, tous classés selon leur indice d’amertume: 12, 27, 35, 64 et 128  IBU (International Bittering Units).

«On brasse également une bière de 26 IBU en hiver et une autre de 42 IBU en été. La 58 IBU sera par ailleurs de retour en décembre prochain en guise de rappel pour le projet de Burlington», précise M. Gadoua.

Farnham Ale & Lager fait aussi dans l’expérimentation avec sa fameuse série noire. Le dernier produit de cette série, une bière à la citrouille, lui a permis d’écouler 62 caisses en deux heures. Une bière aux épices et à la canneberge a par ailleurs été produite en quantité limitée (une soixantaine de caisses) en prévision des fêtes de Noël et du Nouvel an.

La brasserie de Farnham fabrique également une Scotch Ale en quantité limité (de 1 500 à 1 800 caisses). Ce produit distinctif lui a valu la médaille d’or à l’échelle canadienne en 2015 et une médaille d’argent au concours international de Barcelone en 2016.

«On entend retourner à Barcelone en 2017 avec la 19, une bière de type Porter», ajoute le porte-parole de l’entreprise

La gamme des produits Farnham Ale & Lager est maintenant disponible dans 1 400 points de vente, soit 400 de plus qu’en 2015.

«Notre brasserie a récemment été <I>listée<I> par les chaînes d’alimentation. On va maintenant nous voir dans les magasins des bannières IGA, Metro, Loblaws, Provigo, aussi bien dans les établissements franchisés et corporatifs que chez les indépendants», poursuit M. Gadoua.

L’aventure américaine

Les quatre actionnaires de Farnham Ale & Lager ont franchi une nouvelle étape, il y a un peu moins d’un an, en se portant acquéreurs d’’une brasserie à South Burlington, dans l’État du Vermont.

«Nous avons obtenu nos licences en août dernier et sommes présentement en mode démarrage. La première mise en cannettes avec nos propres équipements devrait avoir lieu cette semaine», résume le porte-parole du groupe.

L’entreprise de Farnham arrive en sol américain avec une solide expertise, mais doit prendre le temps de placer ses pions dans un marché qui lui inconnu.

«Nous entendons profiter des prochains mois pour nous positionner en prévision de la saison estivale 2017», ajoute M. Gadoua.

L’entreprise devient la première microbrasserie du Québec à brasser aux États-Unis.