Farnham: les intéressés ont deux semaines pour se manifester

AFFAIRES MUNICIPALES. À moins d’un an des élections municipales, Farnham n’était pas tenue de combler le poste du conseiller démissionnaire Roger Noiseux, mais a néanmoins décidé de tenir une élection partielle. La période de mise en candidature débute aujourd’hui.

La décision a été prise lors de l’assemblée publique mensuelle de novembre. Quatre conseillers ont voté en faveur de la tenue d’un scrutin et un cinquième s’y est opposé. Le maire n’a pas eu à se prononcer.

Deux semaines

La période des mises en candidature s’échelonnera du 13 au 27 janvier. Les intéressés disposent ainsi d’une quinzaine de jours pour se manifester. Ces derniers doivent remplir un bulletin de candidature à l’hôtel de ville et le déposer au bureau de la présidente d’élection, Marielle Benoit dans les délais prescrits.

La municipalité tiendra un scrutin le dimanche 26 février pour départager les candidats en lice. Les citoyens pourront également voter par anticipation le dimanche précédent.

Quatre Farnhamiens ont déjà affiché leurs couleurs et se disent prêts à défendre les intérêts des électeurs du district électoral Esther-Elkin (quartier 5) à la table du conseil. Ces derniers n’avaient toutefois pas déposé leur bulletin de candidature au moment de publier ce texte.

Jean Valiquette

L’ancien conseiller Jean Valiquette tente un retour sur la scène municipale après huit ans d’absence.

M. Valiquette a siégé à l’hôtel de ville de Farnham pendant six ans, soit de 2003 à 2009. Il s’est de nouveau porté candidat en 2009 (quartier 5), puis en 2013 (quartier 4), mais sans succès.

«Il y a beaucoup de travail pour un conseiller qui est prêt à mettre du temps pour faire avancer les dossiers. Quand je m’engage dans quelque chose, je ne lâche pas facilement», affirme l’homme de 55 ans.

M. Valiquette estime que le nouvel élu aura tout le temps nécessaire pour regarder les dossiers et identifier les problématiques au cours de l’année qui vient. Le conseiller en place aura ainsi une longueur d’avance sur ses adversaires s’il décide de se présenter de nouveau aux élections générales de novembre 2017.

«Cela dit, j’aurais aimé que l’élection partielle ait lieu à l’automne 2016, de manière à ce que le nouvel élu puisse travailler sur la préparation du budget de l’année suivante», indique l’ancien conseiller municipal.

S’il est élu, ce dernier entend prendre tout le temps nécessaire pour se familiariser avec les dossiers avant de les commenter.

«Je ne me fie pas à ce que j’entends, mais à ce que je vois», explique celui qui a été commandant de la base militaire de Farnham (Garnison de l’Estrie) pendant cinq ans.

Yvan Demers

Yvan Demers, un citoyen originaire de Farnham domicilié dans le quartier 4, en est à sa première expérience sur la scène politique municipale.

Après une carrière de 43 ans dans la vente, ce dernier s’est joint au personnel d’Autobus Viens voilà neuf ans à titre de chauffeur. Il est maintenant attitré aux voyages nolisés pour Québec, Montréal, Ottawa et Toronto.

«J’occupe présentement cet emploi à temps plein, mais j’ai déjà dit à mon employeur que je souhaitais réduire mes heures dès le début de la nouvelle année, en guise de préretraite», affirme l’homme de 67 ans.

M. Demers laisse entendre que la politique l’a toujours attiré.

«Des collègues m’ont suggéré de me présenter. C’est la poussée dont j’avais besoin pour poser ma candidature», affirme-t-il.

Le candidat n’a pas l’intention de «virer la Ville à l’envers». Il veut plutôt travailler pour le bien-être de l’ensemble de la population en collaboration avec les autres membres du conseil municipal.

«Dans mon livre à moi, y’a personne de parfait. Si quelqu’un commet une faute, je lui demande de trouver une solution et de me la soumettre au lieu de le critiquer», ajoute-t-il.

M. Demers voit le mandat de huit mois qui s’offre au nouvel élu comme une période d’apprentissage.

«Si les citoyens m’élisent et si j’aime la tâche qui m’a été confiée, je compte me représenter pour un autre terme de quatre ans à l’élection générale de novembre prochain», précise-t-il.

Jean-François Poulin

Jean-François Poulin habite Farnham – et plus précisément le quartier 5 – depuis 2005. Il en est lui aussi à sa première incursion sur la scène politique municipale.

M.Poulin est connu de ses concitoyens à titre d’entrepreneur général (depuis 2004) et en qualité de copropriétaire de la charcuterie, pâtisserie et épicerie fine Diablement Bon!, rue Meigs à Farnham (depuis l’automne 2015).

Le candidat souhaite notamment mener à terme le projet de piste cyclable piloté jusqu’à tout récemment par le conseiller municipal démissionnaire Roger Noiseux.

«J’aimerais établir un lien cyclable entre mon quartier et le centre-ville», affirme l’homme de 42 ans résidant aux limites de Saint-Sabine et de Farnham.

M. Poulin insiste également sur l’importance de développer le centre de la nature. Une façon, à ses yeux, de rallier les touristes et de faire rayonner Farnham à l’extérieur de la région tout en améliorant la qualité de vie des citoyens.

Ce dernier encourage par ailleurs la municipalité à miser plus que jamais sur sa politique familiale afin d’attirer les jeunes familles.

Il invite également les autorités municipales à tout mettre en oeuvre pour favoriser le développement du marché public.

«Une subvention directe pour aider l’organisme à financer le salaire d’un coordonnateur ou une aide indirecte via le Service des loisirs de la municipalité», propose celui qui agit à la fois comme exposant et membre du conseil d’administration de la Station gourmande.

Bertrand Naud

Courtier immobilier à son compte depuis un quart de siècle, le candidat Bertand Naud habite Farnham depuis 30 ans. Il réside présentement dans le quartier 4.

Bien qu’il sollicite l’appui des électeurs pour la toute première fois, le candidat suit les affaires municipales depuis 18 mois et se dit un «ardent défenseur» de la démocratie.

«J’ai fondé le comité de citoyens de Farnham dans le seul but d’accompagner les citoyens dans leurs démarches auprès des élus municipaux», précise-t-il.

M. Naud dit vouloir s’assurer qu’à Farnham, les appels d’offres soient faits d’une façon permettant d’éviter tout favoritisme et de garantir un endettement minimal de la Ville.

Ce dernier croit également pertinent de réviser le livre des règlements municipaux  «afin de le rendre moins contraignant et mieux adapté aux besoins actuels des citoyens».

L’homme de 55 ans préconise par ailleurs la mise en place un processus permettant d’assurer que l’administration soit à l’écoute et s’adapte aux besoins et attentes des commerçants et des industriels. À ses yeux, l’accroissement des services et des emplois locaux sont tributaires d’une telle mesure.

M. Naud estime que la multiplication des candidatures en vue de l’élection partielle de février prochain est une bonne chose en soir, car elle témoigne de l’intérêt des citoyens pour les affaires municipales.