Farnham: l’UPAC saisit une cinquantaine de dossiers

AFFAIRES MUNICIPALES. Des enquêteurs de l’Unité permanente anticourruption (UPAC) ont rencontré des membres du comité de citoyens de Farnham, le mois dernier. Une cinquantaine de dossiers seraient maintenant entre les mains des enquêteurs.

Le fondateur du comité de citoyens, Bertrand Naud, a répété à plusieurs reprises que la transmission de données à l’UPAC constituait une solution de dernier recours.

«J’ai personnellement rencontré le maire Josef Hüsler, il y a un an, et lui ai proposé d’organiser une rencontre entre les membres du conseil et certains citoyens s’estimant lésés par l’administration municipale, affirme le président du comité, Pierre Doucet. Je n’ai jamais eu de suivi de sa part, mais mon offre tient toujours.»

Ce dernier soutient également avoir offert sa collaboration aux élus pour discuter de certains dossiers portés à la connaissance du comité par des citoyens, des commerçants et d’ex-employés municipaux.

«J’ai alors dit au maire: si vous faites le bien, je serai à vos côtés. Dans le cas contraire, vous me trouverez en face de vous», indique M. Doucet.

Entretien de cinq heures

Le comité de citoyens de Farnham avait fait une première approche auprès de l’UPAC en 2015 pour finalement s’apercevoir que son travail de recherche était incomplet.

«Les gens de l’UPAC nous ont alors recommandé de recueillir des témoignages, d’amasser des preuves et de monter des dossiers. Nous avons fait nos devoirs comme on nous l’avait demandé», résume la secrétaire-trésorière du comité, Micheline Gauthier.

Son collègue Bertrand Naud a transmis une série de dossiers à l’UPAC par courrier électronique durant le week-end du 23 juillet. Le mardi suivant, deux enquêteurs se déplaçaient à Farnham pour venir rencontrer des membres du comité.

«Deux membres de notre organisation ont effectivement passé une partie de la journée du 26 juillet à Farnham», confirme Michel Pelletier, directeur des opérations à l’UPAC «Vous comprendrez que ce type d’entretien est confidentiel et que je ne peux vous en dire davantage», ajoute-t-il.

M. Naud, M. Doucet, Mme Gauthier et un quatrième membre du comité, Joseph Courdi, assistaient à cette rencontre.

«Les enquêteurs souhaitaient obtenir plus de détails sur les cas de mauvaise gestion que je leur avais transmis. Ils nous ont dit qu’ils se pencheraient sur 50 dossiers et qu’ils laisseraient de côté trois autres dossiers qui n’étaient pas suffisamment documentés pour être enquêtés», précise M. Naud.

Au dire de ce dernier, la rencontre a duré cinq heures et quart.

Micheline Gauthier est visiblement satisfaite de l’accueil réservé à la démarche du comité de citoyens par les enquêteurs de l’UPAC.

«Ils ont trouvé que nos dossiers étaient bien montés et que nous avions beaucoup de témoins crédibles», explique-t-elle.

Joseph Courdi laisse par ailleurs entendre que le contenu des dossiers a su capter l’intérêt des enquêteurs.

«Ils nous ont même mentionné que Farnham était déjà sous la loupe. C’est de bon augure», affirme-t-il.