Le canon de 105 ml de Farnham entre bonnes mains

PATRIMOINE MILITAIRE. Après avoir été laissées à la merci des intempéries pendant plusieurs années à l’entrée ouest de Farnham, les trois pièces militaires de collection cédées l’automne dernier au Musée canadien de l’arme et du bronze retrouveront bientôt leurs lettres de noblesse.

«Le pont Bailey, une pièce unique au Canada, sera offert sous forme de prêt à long terme au 3e Régiment du génie des Forces canadiennes qui se chargera de le restaurer au cours de 2017. Il pourrait par la suite être exposé à la base militaire de Longue-Pointe», précise le capitaine Jean Valiquette, membre du conseil d’administration du Musée canadien de l’arme et du bronze et ancien officier coordonnateur de la Garnison de l’Estrie.

Ce type de pont, que l’on peut assembler à mains d’homme, sans support mécanique, a été utilisé à maintes reprises dans les conflits armés mondiaux.

«Durant la Deuxième Guerre mondiale, les Allemands ont détruit plusieurs ponts sur le continent européen lors de leur retraite vers l’Allemagne. Les Alliés ont alors eu recours au pont Bailey pour franchir les cours d’eau», explique le conservateur du Musée, Pierre Gravel.

Canon et véhicule de reconnaissance

Le Musée canadien de l’arme et du bronze entend par ailleurs profiter de l’année 2017 pour restaurer le canon de 105 ml acquis de la Ville de Farnham au cours des derniers mois. Cette pièce d’artillerie occupera par la suite une place de choix dans les installations muséologiques de la rue Dufferin à Granby.

«Le canon de 105 ml en question n’a pas servi sur les champs de bataille, mais a néanmoins été utilisé par des artilleurs canadiens», indique M. Valiquette.

La restauration du véhicule de reconnaissance Ferret cédé par la Ville de Farnham sera également prise en charge par le Musée canadien de l’arme et du bronze. Le Ferret prenait place à l’avant des convois de blindés et agissait en guise de véhicule de reconnaissance.

«Ce petit véhicule sera restauré en 2018 aux couleurs du 12e Régiment blindé du Canada, cette unité de reconnaissance de Trois-Rivières à laquelle le capitaine Jean Valiquette appartenait», signale M. Gravel.

Un don des Lions

Ces trois pièces militaires, actuellement entreposées dans un endroit sécuritaire, avaient à l’origine été données au Club des Lions de Farnham par la Défense nationale à l’invitation du capitaine Valiquette.

«Notre objectif était de les exposer dans des lieux publics aux trois entrées de ville de Farnham. Malheureusement, la municipalité n’a jamais eu les fonds nécessaires pour les mettre en valeur», précise M. Valiquette.

Suite au décès de Normand Arcand – principal porteur du dossier – et à la dissolution du Club des Lions de Farnham, les trois pièces de collection ont étés transférées à la Ville.