Blâme de la commissaire à l’éthique : Pierre Paradis présentera une défense

Blâme de la commissaire à l’éthique : Pierre Paradis présentera une défense

Le député Pierre Paradis n’a pas remis les pieds à l’Assemblée nationale depuis un an.

Crédit photo : Gracieuseté – Judith Charette

POLITIQUE. Le député de Brome-Missisquoi, Pierre Paradis, sévèrement blâmé la semaine dernière par la commissaire à l’éthique et à la déontologie de l’Assemblée nationale, souhaite présenter une défense écrite à l’Assemblée nationale.

Le député, qui siège comme indépendant, a communiqué sa volonté au président de l’Assemblée nationale de présenter une défense écrite à l’intérieur du délai prévu par la loi.

«M. Paradis n’a d’aucune façon abdiqué son droit de se présenter à l’Assemblée nationale dans les cinq jours de séance suivants le dépôt du rapport, soit le mercredi 13 juin», lit-on dans un communiqué de presse publié mardi avant-midi.

Rappelons que mardi dernier, soit le 5 juin, Pierre Paradis a été blâmé par Ariane Mignolet, la commissaire à l’éthique et à la déontologie de l’Assemblée nationale. Dans un rapport d’une cinquantaine de pages, Mme Mignolet en vient à la conclusion que le député de Brome-Missisquoi a utilisé de façon inadéquate l’allocation pour frais de logement versée par l’Assemblée nationale de manière à favoriser sa fille et son gendre. Pierre Paradis doit payer une pénalité de 24 443,63 $.

De son côté, le politicien allègue qu’«en aucun moment, [il a] excédé les allocations permises et, lorsqu’applicable, a payé à même ses fonds personnels tout excédent.»

Il soutient également n’avoir retiré aucun profit personnel de son logement ou des allocations fournies.

À lire aussi :

Pierre Paradis puni pour avoir favorisé sa fille et son gendre