Cannara Biotech prévoit investir 100 M$ à Farnham

Cannara Biotech prévoit investir 100 M$ à Farnham

Le président et chef de la direction de Cannara Biotech, Zohar Krivorot, en compagnie du maire de Farnham, Patrick Melchior.

Crédit photo : L’Avenir & Des Rivières – Claude Hébert

ÉCONOMIE. L’arrivée à Farnham du producteur de cannabis Cannara Biotech laisse présager des années plus fastes pour cette petite localité de 9 239 habitants.

L’entreprise vient d’acquérir les anciennes installations de Beaulieu Canada, situées dans le parc industriel de Farnham, au coût de 12,5 M$. Elle prévoit y opérer la plus grande installation intérieure de culture de cannabis à des fins médicales au Québec.

«Nous avons également regardé du côté de Magog, de Beloeil et de Trois-Rivières avant de fixer notre choix sur Farnham. La proximité de Montréal et de l’autoroute des Cantons-de-l’Est a été un facteur déterminant. Avec une bâtisse de 625 000 pi2, on peut également concentrer toutes nos opérations sous le même toit au lieu de devoir travailler dans trois buildings de 200 000 pi2», signale le président et chef de la direction, Zohar Krivorot.

Ce dernier reconnaît par ailleurs que le coût de l’électricité est beaucoup plus abordable au Québec qu’en Ontario, où l’entreprise possède une usine de même taille (610 000 pi2) déjà en production.

Plan de match

Cannara Biotech entreprendra, dans quelques jours, les travaux de réaménagement de l’ancienne usine de couvre-plancher.

«Nous nous sommes donné six mois pour aménager la bâtisse. Pas question pour nous de précipiter les choses, car on veut procéder de la bonne façon. La période de rodage et de préproduction pourrait par ailleurs demander six mois additionnels», indique M. Krivorot.

L’entreprise entend utiliser une superficie de 105 000 pi2 et embaucher 70 personnes dès la première phase de son projet. Elle prévoit une production initiale de 10 000 kilos par an.

Au terme des phases 2 (2019) et 3 (2021), Cannara Biotech devrait exploiter la quasi-totalité de la bâtisse et utiliser les services de 300 employés. La culture du cannabis demandera beaucoup de main-d’oeuvre, mais il faudra également du personnel de laboratoire et des préposés à la logistique. Les employés recevront une formation de 60 jours.

«Le personnel travaillera sous la supervision d’un Master Grower d’expérience. Celui-ci provient de la Colombie-Britannique et fait ce travail depuis 20 ans. Il compte d’ailleurs s’établir à Farnham», ajoute le PDG de l’entreprise.

Cannara Biotech prévoit investir 20 M$ dans le cadre de la phase un et de 5 M$ à 10 M$ additionnels, d’ici la fin de 2019, pour l’acquisition et l’installation d’un extracteur supercritique au dioxyde de carbone. Cet équipement lui permettra de produire «une huile de cannabis pure avec une gamme complète de cannabinoïdes et de terpènes», précise le site Internet de l’entreprise.

«À échéance, nos investissements à Farnham devraient se chiffrer à près de 100 M$», indique M. Krivorot.

Le maire Patrick Melchior accueille avec enthousiasme l’implantation de Cannara Biotech dans le parc industriel de Farnham. «La venue de cette entreprise contribuera à la création d’emplois bien rémunérés et à l’arrivée de nouvelles familles. La Municipalité bénéficiera également de revenus intéressants en termes de taxes», affirme M. Melchior.

Installations ultramodernes

La vieille usine de couvre-plancher du boulevard Industriel laissera bientôt place à des installations dernier cri dédiées à la culture du cannabis.

Cannara Biotech disposera d’installations ultramodernes avec température, taux d’humidité et apport de nutriments contrôlés par ordinateur. Un système de ventilation haut de gamme permettra également de filtrer l’air du bâtiment et de le recycler.

«Le cannabis, c’est l’ingrédient. Ça pousse comme une fleur, mais ça peut prendre différentes formes (gélules, boissons, vaporisateurs, etc.). Dans quelques années, seuls les gens de la vieille école (old school) se rouleront encore un joint. La plupart des gens vont consommer le cannabis autrement, en le buvant ou en le mangeant par exemple», indique  le PDG de l’entreprise.

Cannara Biotech prévoit être en mesure de produire jusqu’à 150 000 kilos de cannabis par année, à Farnham, après la réalisation de la phase 3 de son plan de développement. Elle anticipe cinq récoltes par année, chaque plant arrivant à maturité au terme d’une croissance de 57 à 65 jours.

«Le cannabis se vend actuellement entre 6 $ et 10 $ le gramme, mais son prix devrait baisser aux alentours de 4 $ d’ici trois ans, avec l’augmentation de la demande. Comme on investit 1 $ par gramme pour le produire, la marge de profit n’est pas négligeable», poursuit M. Krivorot.

Même si l’usage récréatif du cannabis constituera à lui seul une bonne source de revenus – tout spécialement durant les premières années suivant sa légalisation – ses applications médicales semblent particulièrement prometteuses.

«Cannara Biotech est actuellement en pourparlers avec le centre de recherche de l’Université McGill afin de trouver de nouveaux débouchés au cannabis. Cet établissement pourra utiliser nos installations de Farnham pour les besoins de ses travaux», signale le porte-parole de l’entreprise.