Club de patinage de vitesse de Farnham: quatre ans et toutes ses dents

Club de patinage de vitesse de Farnham: quatre ans et toutes ses dents

Frédérique Rousseau, l'une des compétitrices les plus en vue du club de patinage de vitesse de Farnham (CPVF), s'est blessée au tibia lors d'un entraînement le 26 novembre dernier, mettant sérieusement en péril sa saison. L'athlète de 11 ans avait de bonnes chances de se tailler une place au championnat par catégorie d'âge, en mars. Tous au CPVF s'entendent pour souligner sa grande ténacité!

Crédit photo : gracieuseté Daniel Villeneuve

SPORTS. Le club de patinage de vitesse de Farnham en est à sa quatrième saison depuis sa création, et entraîne dans son giron 26 patineurs. 

Un tout nouveau conseil d’administration est en charge des activités, sous la présidence d’Éric Blouin, qui vient en relève au fondateur Kevin Piton, et de la vice-présidente Marylène Ostiguy.

Cette année, le club s’est notamment équipé de combinaisons pour prévenir les coupures, destinées aux patineurs qui prennent part aux compétitions interrégionales.

Dimanche, le CPVF soulignait à sa façon la Journée nationale du patinage, organisée dans le cadre des célébrations des 150 ans de la Confédération canadienne. La population était conviée à enfiler les patins aux longues lames à l’aréna Madeleine-Auclair. Cette activité remplaçait le traditionnel patinothon. Une période de patinage libre était aussi à l’horaire. Près d’une centaine de curieux ont répondu à l’invitation du CPVF. «C’était également une façon pour nous de promouvoir nos activités», lance Mme Ostiguy.

Par ailleurs, le club se prépare à accueillir un des grands rendez-vous de la saison. L’an dernier, Farnham avait fait ses preuves en organisant une finale régionale regroupant les meilleurs chez les 11-12 ans.

Environ une centaine de curieux ont profité de l’une ou l’autre des activités de la Journée nationale du patinage.

Cette fois, le CPVF est l’hôte de la finale de l’Ouest, une compétition d’envergure réunissant une quinzaine de clubs, dont ceux de la grande région de Montréal.

Il s’agit d’une première pour Farnham quand vient le temps de parler d’épreuve interrégionale. «C’est le genre de compétition où les niveaux de protection doivent être renforcés. On fait appel à des chronomètres électroniques au lieu des manuels. Il y a aussi une photo-finish, ce qu’il n’y a pas habituellement pour les régionaux», décrit Marylène Ostiguy.

«C’est une coche de plus que les compétitions normalement présentées en saison. Tout est plus poussé», renchérit-elle. Les responsables du club ont déjà amorcé les rencontres en vue de cet événement, présenté les 24 et 25 mars.

Poster un Commentaire

avatar