De plus en plus de cas de maladie de Lyme dans Brome-Missisquoi

De plus en plus de cas de maladie de Lyme dans Brome-Missisquoi

Des panneaux comme celui-ci seront installés aux endroits où il y a un risque d’être en contact avec les tiques.

Crédit photo : L'Avenir et des rivières - Stéphanie Mac Farlane

SANTÉ PUBLIQUE. Le nombre de cas de maladie de Lyme est en constante augmentation en Estrie, et principalement dans la MRC de Brome-Missisquoi. Les autorités responsables de la santé publique profitent du retour du beau temps pour rappeler aux citoyens l’importance de prévenir les piqûres de tiques.

En 2017, 126 cas de maladie de Lyme ont été déclarés en Estrie, comparativement à 74 l’année précédente. Un total de 119 cas ont été répertoriés dans les régions de Brome-Missisquoi et de la Haute-Yamaska. Plus précisément, 91 des personnes atteintes résidaient dans Brome-Missisquoi. Les cas estriens représentent 36 % de tous les cas du Québec.

Sans vouloir stigmatiser certaines villes, la Dre Mélissa Généreux, directrice de la santé publique en Estrie, a précisé que 32 des cas de maladie de Lyme, en 2017, auraient été contractés à Bromont, 13 à Cowansville, 11 à Granby et 9 à Lac-Brome.

«L’Estrie est la région la plus touchée par la maladie de Lyme au Québec. Elle représente 38 % des cas. C’est aussi en Estrie que le taux d’incidence est le plus élevé avec 26,1 pour 100 000 en 2017. Le taux d’incidence dans notre région est dix fois plus élevé que celui du reste du Québec», mentionne la Dre Généreux.

À titre comparatif, dans Brome-Missisquoi, le taux d’incidence est de 98,5 pour 100 000. En Haute-Yamaska, il est de 64,2 pour 100 000.

Prévention

Plusieurs gestes peuvent être posés pour prévenir la maladie de Lyme. D’une part, il est fortement recommandé d’utiliser un chasse-moustiques à base de DEET ou d’icaridine lors d’activités extérieures, de porter un chapeau, des souliers fermés et des vêtements longs de couleurs pâles. Les randonneurs sont aussi invités à marcher dans les sentiers et éviter de frôler la végétation.

Au retour, il faut examiner notre animal de compagnie, ainsi que le matériel. Au besoin, il est possible de mettre les items dans la sécheuse à grande chaleur pendant dix minutes pour tuer les tiques. Il faut prendre une douche ou un bain et bien examiner la peau à la recherche de tiques. Advenant la découverte d’une de ces bestioles, il faut la retirer rapidement à l’aide d’une pince fine en prenant bien soin de ne pas appuyer sur son abdomen.

L’aine, le nombril, le cuir chevelu et les aisselles figurent parmi les zones corporelles où les tiques sont les plus difficiles à repérer.«À l’instar du soleil où on met de la crème solaire pour se protéger, on devrait prendre des mesures de protection nécessaires pour prévenir la maladie de Lyme. Il faut vraiment chercher les tiques. Il faut intégrer [cette étape] à notre routine», souligne la Dre Mélissa Généreu. Elle invite toutefois les gens à poursuivre leurs activités régulières.

Michel Lafrance, maire de Sutton et président du comité des services de santé de la MRC Brome-Missisquoi, soutient que les municipalités de la région prennent la situation au sérieux. De la documentation est en préparation tant pour les citoyens, les visiteurs, les employés municipaux et les travailleurs saisonniers. «On va propager l’information plus vite que les tiques, lance M. Lafrance. On va signaler les endroits où il y a des risques d’être en contact avec les tiques.»

Mode de transmission

Pour transmettre la maladie de Lyme, la tique à pattes noires doit être porteuse de la bactérie. Environ 20 % des tiques sont contaminées dans la région. La tique doit aussi être accrochée à la peau durant au moins 24 heures, ajoute la Dre Généreux. «Si vous êtes piqués dans la journée même, il n’y a aucune chance de contracter la maladie de Lyme», précise la directrice de la santé publique.

Dans le cas où l’on trouve une tique, il est recommandé de la conserver une trentaine de jours dans un pot hermétique au réfrigérateur. Le spécimen peut s’avérer utile dans le cas où la maladie de Lyme se déclare.

Les symptômes de la maladie de Lyme apparaissent de trois à trente jours après la piqûre. Dans 60 à 80 % des cas, une rougeur de plus de cinq centimètres, souvent en forme de cible, apparaîtra. Celle-ci peut s’accompagner de fatigue, de fièvre, de maux de tête, de raideurs à la nuque ainsi que de douleurs musculaires et articulaires. Si la maladie de Lyme n’est pas traitée, elle peut entraîner des complications articulaires, cardiaques et neurologiques. Lorsque diagnostiquée à temps, la maladie de Lyme se traite très bien avec des antibiotiques.

Il existe aussi un traitement préventif qui peut être administré dans les 24 à 72 heures suivant la découverte d’une tique. À compter du mois de juin, celui-ci pourra être obtenu directement auprès d’un pharmacien de Brome-Missisquoi. Celui-ci devra suivre un protocole pour déterminer si le patient répond ou non aux critères d’administration. La Dre Généreux invite aussi les citoyens à communiquer avec Info Santé au 811 pour toute question ou doute relativement à la maladie de Lyme.