Départ à la retraite imminente pour Robert Desmarais de la MRC de Brome-Missisquoi

RÉGIONAL.  Le départ à la retraite de Robert Desmarais, annoncé en janvier 2023, approche à grands pas. Ce dernier quittera ses fonctions dans quelques jours, après 40 ans de service.

Robert Desmarais s’est joint au personnel de la MRC de Brome-Missisquoi en juillet 1984 à titre de géographe-cartographe avant d’être promu directeur général en janvier 1988.

Puis, en 2015, ce dernier a relevé un nouveau défi en acceptant de cumuler la direction générale de la MRC et celle du Centre local de développement (CLD), comme il l’avait fait lors de la création de cet organisme, à la fin des années 90, puis de nouveau pendant 14 mois, au milieu de la décennie 2000.

M. Desmarais a cédé la direction générale à son adjointe, Mélanie Thibault, en mai 2023, tout en demeurant à l’emploi de la MRC à titre de conseiller spécial pour une période d’un an.

Zone à risque de crue à Pike River

La MRC de Brome-Missisquoi demande au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques de la Faune et des Parcs (MELCCFP) de s’assurer que la zone à risque de crue du rang des Duquette, à Pike River, apparaisse dans la nouvelle cartographie des zones inondables des lacs et des cours d’eau. Elle souhaite également connaître la date de l’entrée en vigueur de la nouvelle cartographie.

Il convient de rappeler que la réglementation locale et régionale n’est plus applicable sur cet élément depuis le mars 2022 en raison de l’entrée en vigueur du régime transitoire du gouvernement du Québec qui établit de nouvelles règles pour toutes les interventions en zone inondable, en rive et en littoral et pour les activités agricoles en littoral.

Identification des friches agricoles

La MRC de Brome-Missisquoi s’engage à participer à un projet régional d’identification et de valorisation des terres agricoles en friche présentant le meilleur potentiel de remise en culture.

La table des maires fait valoir que l’enfrichement des terres agricoles est un sujet de préoccupation dans plusieurs MRC de l’Estrie et qu’il n’existe pas de données objectives et mises à jour permettant de suivre l’évolution de ce phénomène.

La MRC signale que l’information recueillie Géomont dans le cadre de ce projet servira également à plusieurs analyses dans le cadre de la révision du schéma d’aménagement et de développement.

La participation financière de Brome-Missisquoi à ce projet totalise près de 12 000 $, soit 7000 $ en argent et 5000 $ en contribution nature (soit l’équivalent de 20 % de la facture) et est conditionnelle à l’obtention d’une subvention de 45 % allouée dans le cadre de l’entente sectorielle de développement du secteur bioalimentaire en Estrie et d’une deuxième subvention de 35 % provenant du Fonds régions et ruralité du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH).

Plan régional des milieux naturels

La MRC de Brome-Missisquoi a procédé, le 21 mai dernier, à l’adoption finale du Plan régional des milieux naturels et vient d’en envoyer une copie au ministère de l’Environnement pour approbation.

« Nous avons apporté un changement mineur à la version préliminaire à la demande du ministère (…). On s’attend donc à ce notre Plan régional soit adopté sous peu par le gouvernement du Québec », indique la directrice générale adjointe de la MRC, Nathalie Grimard.

Le recours à cet outil de planification a pour objectif de répondre aux enjeux climatiques, hydriques et de biodiversité pour les dix prochaines années (2023-2033). Celui-ci permettra notamment d’identifier les enjeux prioritaires et de cibler les milieux humides, hydriques et forestiers d’intérêt régional pour la conservation et la restauration.

La MRC souhaite ainsi travailler avec les différents organismes du territoire (représentants municipaux, environnementaux, gouvernementaux, agricoles, forestiers et autres) et conjuguer les efforts de l’ensemble des intervenants pour préserver les atouts naturels existants.