Mathis Santerre: ouvrir le chemin

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
Mathis Santerre: ouvrir le chemin
Mathis Santerre

SPORT. À un mois de la 52e Finale des Jeux du Québec, qui se déroule à Alma du 24 février au 4 mars, Mathis Santerre est fébrile. Le jeune athlète se prépare à faire son entrée sur la scène provinciale en patinage de vitesse courte piste au sein de la délégation Richelieu-Yamaska.

Mathis Santerre s’est développé au sein du Club de patinage de vitesse de Farnham (CPVF). Il est devenu à la mi-janvier le premier patineur du club farnhamien à assurer sa qualification pour les Jeux.

«Je n’ai pas tout de suite allumé sur le coup, mais plusieurs minutes après la fin de la course. C’est vraiment plus gros que je pensais. C’est vraiment excitant et j’ai hâte», lance-t-il au bout du fil.   

Santerre, 14 ans, donnait ses premiers coups de patin à longues lames il y a trois ans, au moment même où était fondé le club qu’il représente. Sans écarter d’éventuels essais en longue piste, il dit s’être tout de suite senti à l’aise avec le patinage de vitesse courte piste. «Il n’y a pas que la force qui importe, mais aussi la stratégie, observe-t-il. Bien beau avoir de la force, mais il faut tout de même être capable de bien regarder en avant, de faire de bons dépassements, de savoir quand accélérer. La gestion de course y est plus développée qu’au longue piste. Tout se passe plus vite.»

Outre les centaines de tours sur les pistes ovales, Mathis dévale les pentes de ski. Son cardio, il le développe grâce à des séances de spinning. L’été, il grimpe sur son vélo de route.

Hors des arénas, il fréquente l’école secondaire Jean-Jacques-Bertrand. Plus tard, il aimerait poursuivre des études en architecture.

Son développement

L’an prochain, il fera le saut définitif sur la scène provinciale, où, encore là, il sera le premier de son club à le faire.

«J’aimerais continuer de me développer et aller au plus loin de ce que je peux», laisse-t-il entendre par rapport à son futur dans ce sport aux virages serrés qui a couronné les Charles Hamelin et Marianne Saint-Gelais.   

Il y voit là une autre occasion d’exercer son leadership. «Je veux continuer d’améliorer mes temps et je peux aussi ouvrir le chemin pour mes amis et coéquipiers du Club de patinage de vitesse de Farnham.»

Attentes réalistes

Cette première incursion avec les meilleurs du Québec, un prélude par rapport à ce qu’il vivra sur une base plus soutenue l’an prochain, le force à faire preuve de réalisme. Il s’attend à un calibre relevé. «Oui, un podium serait fantastique, mais je ne vais pas là pour gagner une médaille. J’y vais avant tout pour donner mon maximum et apprendre des autres.»

Les épreuves de patinage de vitesse sur courte piste auront lieu du 25 au 28 février au centre Mario-Tremblay. Les athlètes de la délégation Richelieu-Yamaska devraient participer au 500 m, au 1500 m et au relais.    

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires