Onze élèves se préparent à nager 100 kilomètres!

Par Ugo Giguere

DÉFI. Il y a six mois à peine, les élèves de Line Bonvouloir ne savaient même pas nager. L’enseignante de l’école St-Romuald leur a tout de même lancé le défi de parcourir la distance de 100 km à relais en une journée. Un exploit qu’ils entendent relever à la piscine St-Bruno, le 4 juin 2015.

Pour vous donner une idée de l’ampleur du défi. Il faut cumuler 4 000 longueurs de piscine (25 mètres) pour obtenir la distance de 100 km. Toute une commande pour onze jeunes de 9 à 12 ans. Line Bonvouloir estime dans les faits que son groupe devrait réussir à atteindre 70 kilomètres.

Pour combler la différence, l’enseignante fait appel à la communauté de Farnham. Des entreprises sont appelées à se joindre au défi et à fournir des équipes de nageurs qui vont permettre d’ajouter les 30 kilomètres manquant au compteur.

«Je veux montrer à mes élèves que quand on travaille fort, les gens le voient et ils sont fiers de nous aider», mentionne la responsable de la classe d’adaptation scolaire.

N’en doutez pas, ils ont trimé dur depuis l’automne. Leur professeure de natation, Noura Yahya, du centre aquatique de St-Césaire, est même impressionnée de leur progression. «Ils veulent tellement réussir leur défi qu’ils ont appris très vite», a-t-elle commenté lors de notre visite à l’entraînement.

En attendant les beaux jours et l’ouverture de la piscine St-Bruno en mai, les jeunes nagent une fois par semaine à St-Césaire. Certains y retournent même la fin de semaine avec leurs parents.

«Je viens des fois avec ma mère pour nager. J’aime ça!», raconte Shavia entre deux longueurs. Ses camarades Jason et Connor se réjouissent eux aussi d’avoir pu apprendre et vaincre leur peur de l’eau. «Cet été, je vais pouvoir me baigner, aller à la piscine. J’ai hâte», confie Jason qui se débrouille très bien malgré le peu d’expérience.

Des cours de natation à l’école?

L’expérience de Line Bonvouloir pourrait être partagée par d’autres enseignants de l’école St-Romuald. Afin de permettre à ses élèves de s’entraîner, la Ville de Farnham va ouvrir la piscine St-Bruno 1 ½ mois plus tôt.

Afin de combler l’horaire et rentabiliser l’investissement du chauffage de l’eau, d’autres classes pourraient bénéficier de la piscine. L’initiative pourrait inciter des jeunes à vouloir suivre des cours de natation, un important atout pour leur sécurité.

Du vélo à la natation

En 2013, Line Bonvouloir a créé le «Défi du bon vouloir». Elle a entraîné les élèves de sa classe d’adaptation scolaire dans un défi de 100 kilomètres à vélo. Contre toutes attentes, ces jeunes de 9 à 12 ans ont réussi l’épreuve haut la main.

L’an dernier, elle a récidivé l’expérience alors qu’elle comptait beaucoup de nouveaux venus. «Cette année, mon problème, c’est qu’environ la moitié de mes élèves ont déjà fait le défi à vélo, alors il fallait trouver autre chose», mentionne-t-elle.

La natation s’est alors imposée pour ses bienfaits sur la santé et son impact sur le développement moteur. Elle tenait toutefois à conserver le symbole du 100 kilomètres.

Contagion positive

Le Défi du bon vouloir fait des petits. À sa deuxième édition, Line Bonvouloir avait déjà de la compagnie, alors que la classe d’adaptation scolaire de l’école St-André a pris part au 100 km à vélo.

Pour la troisième édition, bien que l’école St-Romuald ne participe pas à la randonnée, trois écoles de Val-des-Cerfs ont repris le flambeau. Les classes d’adaptation scolaire du Phénix, d’Ave Maria et de l’Assomption vont enfourcher leur vélo en juin.

«Je suis très touchée surtout quand tu vois l’impact que ça a sur les élèves. C’est stimulant de savoir que d’autres jeunes en bénéficient», a commenté l’instigatrice du défi.

100 kilomètres à la nage c’est:

4 000 longueurs de la piscine St-Bruno

1 000 allers-retours d’une piscine olympique

1 traversée du fleuve St-Laurent à la hauteur de Sept-Îles

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires