Un canon qui fait du chemin

Photo de Jacques Larochelle
Par Jacques Larochelle
Un canon qui fait du chemin
C’est l’artisan Gérard Pelletier

La Société d’histoire de Missisquoi prête son concours à la Société d’histoire de Beaujeu en lui prêtant le canon qui orne les parterres de son musée de Stanbridge East. Cette pièce d’artillerie sera exposée en face de l’hôtel de ville de Lacolle dans le cadre d’une série d’activités dédiées au 200e anniversaire de la guerre canado-américaine de 1812.

Ce vestige de la guerre de 1812 a été retrouvé au fond de la rivière Richelieu près de Noyan en 1961. Il avait alors été transporté au musée Missisquoi à Stanbridge East. Le canon est un modèle «12 Pounder», déjà devenu obsolète au début du 19 siècle.

La Société d’histoire de Beaujeu a fait appel à Gérard Pelletier, un artisan de de Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix, pour la construction de l’affût destiné a à accueillir le canon. Ce dernier a fait un travail remarquable en respectant scrupuleusement les spécifications de l’époque.

Centre d’interprétation

La Société d’histoire de Beaujeu propose par ailleurs au grand public un centre d’interprétation sur ce conflit armé  méconnu de la population québécoise. Le site d’exposition est situé dans un bâtiment derrière le presbytère de la paroisse Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

Les responsables du projet ont fait un remarquable travail de recherche pour reconstituer les batailles de 1812 à 1814 quand les Américains tentaient d’envahir ce qui était alors le Bas-Canada. Toutes leurs tentatives ont échoué, notamment lors de la bataille du pont de Lacolle le 20 novembre 1812.

Le Centre d’interprétation est ouvert tous les jours, de 10 h à 17 h, pendant tout l’été. On y offre des visites guidées. Pour information: 450-246-4063.

Avec la collaboration de Claude Hébert

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires