La crue des eaux force des évacuations au Manitoba

Brittany Hobson et Steve Lambert, La Presse Canadienne
La crue des eaux force des évacuations au Manitoba

WINNIPEG — Des inondations ont forcé des évacuations dans certaines parties du Manitoba, après que de fortes pluies en fin de semaine ont fait gonfler les rivières.

La communauté autochtone de Peguis, à environ 150 km au nord de Winnipeg, a reçu un ordre d’évacuation obligatoire après que des embâcles sur la rivière Fisher ont fait monter le niveau des eaux en amont.

Le chef Glen Hudson a indiqué lundi qu’il y avait environ 480 maisons complètement entourées d’eau et que des routes avaient été coupées.

Plus de 200 habitations proches de la rivière, abritant près de 900 personnes, ont été évacuées. Les résidents ont été logés dans des hôtels des communautés voisines, notamment à Selkirk, Gimli et Winnipeg.

Le chef Hudson a indiqué que le niveau des eaux de la rivière Fisher semblait être plus élevé que lors de la plus récente évacuation majeure de la communauté, en 2011.

Au sud de Winnipeg, l’eau avait monté pour recouvrir certaines routes rurales, obligeant des résidents à partir pendant qu’ils pouvaient encore emprunter les voies carrossables.

Le préfet de la municipalité rurale de Morris, Ralph Groening, a indiqué lundi que l’accès à une route praticable sera perdu pour 24 ou 25 foyers. 

Le gouvernement du Manitoba a déclaré que certaines régions du sud de la province avaient reçu en avril quatre à six fois la quantité normale de précipitations, dont une grande partie sous forme de neige, qui a fondu en fin de semaine avec les fortes pluies sur la région. 

Les prévisions météorologiques amenaient toutefois un peu de bonnes nouvelles pour les Prairies: on prévoyait un temps sec et chaud pour le reste de la semaine.

La vallée de la rivière Rouge, y compris Winnipeg, Morris et d’autres secteurs, est en grande partie protégée par des digues communautaires et des canaux de dérivation, qui ont été agrandis après l’«inondation du siècle» de 1997.

Les communautés et les maisons de la vallée de la Rouge sont protégées jusqu’à un seuil de 60 centimètres, ou plus, au-dessus du sommet atteint en 1997. Le préfet Groening se dit assuré que les propriétés seront protégées cette fois-ci, mis à part d’éventuelles fermetures de routes.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires