Saint-Armand: le parc industriel de la dernière chance?

Saint-Armand: le parc industriel de la dernière chance?

Un projet de parc industriel régional axé sur l’industrie du transport pourrait voir le jour aux abords de la route 133 à Saint-Armand.

DÉVELOPPEMENT. Préoccupé par la décroissance de Saint-Armand, le conseiller municipal Daniel Boucher milite en faveur de l’implantation d’un parc industriel régional dédié à l’industrie du transport dans les limites de cette municipalité.

«La réalisation de ce projet, soutenu par la MRC de Brome-Missisquoi et les huit municipalités du pôle de Bedford, permettrait de relancer la croissance, de conserver nos acquis et d’accueillir de nouvelles familles tout en créant de nombreux emplois», plaide M. Boucher.

Selon une étude réalisée par LGP Stratégies immobilières, la population a baissé de 7,51 % entre 2006 et 2015 dans le pôle de Bedford pendant que le reste de la MRC de Brome-Missisquoi voyait sa population croître de 15,7 %.

«À Saint-Armand, on parle d’une baisse de population de 6,7 % en deux décennies», précise le conseiller municipal.

Création d’emploi

LGP estime que la réalisation du projet de parc industriel à Saint-Armand se traduirait par la création de 118 à 141 emplois sur un horizon de 15 ans.

Daniel Boucher ajoute qu’il serait «très difficile et surtout très coûteux» pour une petite municipalité de 1 205 habitants de mettre en place une telle infrastructure.

«Dans la conjoncture économique actuelle, il serait fort possible qu’un tel projet isolé ne puisse obtenir l’aval des ministères concernés et particulièrement de la Commission de protection des terres agricoles du Québec (CPTAQ) qui pourrait s’opposer au dézonage des lots requis pour la réalisation d’un tel projet», renchérit M. Boucher.

Ce dernier considère que l’appui des sept autres municipalités de la région de Bedford fait du parc industriel de Saint-Armand «un projet rassembleur qui, par la force du nombre, a de bien meilleures chances d’être approuvé par les instances gouvernementales».

M. Boucher prend soin d’ajouter que le maire Réal Pelletier, décédé en juin dernier, était d’avis qu’il fallait poursuivre dans cette voie.

Des élus s’interrogent

Le projet de parc industriel régional ne fait pas ou n’a pas toujours fait l’unanimité au sein du conseil municipal de Saint-Armand. À l’assemblée publique de septembre, certains élus ont même voté contre la tenue d’une soirée d’information à ce sujet avant de se raviser à l’insistance d’un de leurs collègues.

La municipalité entend vérifier la disponibilité de certaines personnes ressources de la MRC de Brome-Missisquoi, l’organisation porteuse du projet, avant de fixer une date pour cette rencontre.

«J’espère que les citoyens de Saint-Armand se mobiliseront en grand nombre et profiteront de cette consultation publique pour donner leur opinion dans ce dossier», poursuit M. Boucher.

La mairesse par intérim, Marielle Cartier, fait preuve de prudence et affirme ne pas être en mesure de dire si les retombées potentielles d’un tel projet justifient les investissements requis. Elle croit malgré tout à la pertinence de la tenue d’une soirée d’information à ce sujet.

«On veut que les citoyens soient informés des coûts et puissent en apprendre un peu plus sur les tenants et aboutissants de ce projet», indique-t-elle.

À titre de propriétaire de l’un des terrains convoités pour l’implantation du parc industriel régional, Mme Cartier ne peut prendre position publiquement dans ce dossier et dit être consciente qu’un tel agissement la placerait en situation de conflit d’intérêts.

La conseillère municipale Ginette Lamoureux-Messier se dit également en faveur de la tenue d’une soirée d’information.

«J’aurais aimé que la rencontre ait lieu rapidement afin que les citoyens puissent avoir l’information avant les élections du 5 novembre», signale cette élue qui complète actuellement un troisième mandat au conseil municipal de Saint-Armand.