Audrey Desmarais rencontre ses sauveteurs

Sans l’intervention héroïque des agents Sylvain Richard et Nadine Lefebvre, qui l’ont sauvé in extremis de son véhicule en flammes, la Granbyenne Audrey Desmarais ne serait pas en vie. Trois semaines après les événements marquants, la jeune femme de 22 ans a pu faire connaissance avec ses deux sauveteurs, jeudi dernier, au poste de la Sûreté du Québec de Marieville, lors d’une rencontre empreinte d’émotions.

 

Accueillie par le lieutenant Mario Lagacé sur les coups de onze heures, jeudi, la jeune femme n’a eu d’yeux que pour les deux policiers assis au fond de la salle. «Ça s’est passé au ralenti dans ma tête. Je n’ai pas vu personne d’autre qu’eux. Quand je les ai vus, je n’ai pas été capable de regarder ailleurs. Mes yeux se sont fixés sur eux. J’ai déposé mon sac et je suis allée les embrasser et leur demander comment ils allaient», raconte Audrey Desmarais.

 

Dans son édition du 28 mars dernier, GranbyExpress.com relatait la mésaventure de la jeune femme. Dans la nuit du 21 au 22 mars dernier, elle a fait une sortie de route sur l’autoroute 35 Sud à Saint-Jean-sur-Richelieu et s’est retrouvée dans un profond fossé.

 

À leur arrivée, les policiers découvrent une victime inconsciente alors que le moteur commence à s’enflammer. Pendant que Nadine Lefebvre contient le brasier avec son extincteur, Sylvain Richard fracasse la vitre d’Audrey, coupe sa ceinture et la sort. L’agente Lefebvre prend le relais et monte Audrey jusqu’à la moitié du fossé tandis que son véhicule s’embrase complètement.

 

Pour la jeune femme, remercier chacun des deux policiers était très important. «Sylvain m’a sauvé la vie. Nadine, elle, m’a pris en charge à ma sortie de l’auto et à l’hôpital. Sauver la vie de quelqu’un, c’est un acte héroïque, mais après, Nadine n’était pas obligée de continuer. Ça fait toute la différence et ça n’a pas de prix.»

 

Elle avoue d’ailleurs ressentir un attachement particulier pour les deux policiers. «Ma mère m’a donné la vie, eux, ils me l’ont sauvé. On est redevable envers nos parents. Je dois être redevable envers eux. C’est un amour différent qui me lie à Sylvain et à Nadine. Il n’y a pas de mots pour le décrire.»

 

Recoller les morceaux
Même si elle était nerveuse à l’idée de rencontrer ses deux sauveteurs, la jeune femme raconte que les retrouvailles lui ont permis de passer à une autre étape. «J’avais besoin de savoir ce qui s’est passé. J’ai eu besoin de savoir s’ils avaient eu peur», explique-t-elle.

 

Audrey Desmarais raconte que l’agent Sylvain Richard, un policier très humble, s’est empressé de lui demander s’il lui avait fait mal lors du sauvetage. «Ils n’ont rien à se reprocher! Ils n’auraient rien pu faire de mieux que ce qu’ils ont fait. C’est parfait d’un bout à l’autre.»

 

La rencontre, qui a été suivie d’un dîner informel, a permis à la Granbyenne de recoller le casse-tête des événements. «Ça devient lourd pour moi de répéter ce qui est arrivé, mais avec eux, c’était différent. Ils complétaient mes phrases! Ça m’a permis de mieux comprendre ce qui s’est passé et de confirmer l’impression que j’avais d’être dans un rêve.»

 

Cette première rencontre ne s’est pas terminée sur des notes d’adieux. «On veut se revoir dans un moment plus positif. Ça me ferait plaisir de les revoir les deux n’importe quand», conclut Audrey Desmarais.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires