Show de boucane policier

Je ne sais pas si vous avez vu l’arrivée, hier à Montréal, de Luka Rocco Magnotta, ce psychopathe qui a vraisemblablement tué, puis démembré un étudiant chinois, avant d’en expédier des morceaux ici et là. C’était assez difficile à manquer, disons. Je pensais à un moment avoir ouvert le téléviseur sur le dernier blockbuster d’Hollywood, avec Bruce Willis en vedette, tellement c’était gras. Tellement on voulait en mettre plein la vue.

D’abord, l’accusé de crimes parmi les plus sordides qu’on ait vus au Québec a fait le vol depuis Berlin – où il a été arrêté pendant sa cavale internationale – à bord d’un Airbus Polaris des Forces armées canadiennes. Le géant gris s’est posé à Montréal peu après 11 heures. Impressionnant.

Six enquêteurs du Service de police de Montréal, qui ont fait le vol avec le prévenu, sont sortis de l’appareil avec le frêle jeune homme menotté sous les bras. La tenue de super agent secret était de mise pour conduire le prévenu jusqu’à sa cellule: lunettes de soleil et complet cravate.

Les journalistes, qui avaient été tenus à l’écart sur le tarmac, ont tout de même eu droit à des images filmées par le SPVM lui-même. TVA et Radio-Canada n’auraient pas fait mieux. On pouvait voir Luka Rocco Magnotta descendre le long escalier de métal menant à la piste entouré de ses geôliers avant d’être placé à l’arrière d’une minifourgonnette prune. Les images ont évidemment tôt faites d’être reprises par les médias et passées en boucle sur les chaînes d’information continue, sur le Web, alouette.

Pour la balade entre l’aéroport et le centre opérationnel de la police de Montréal où Magnotta a été enfermé en attendant sa comparution qui a eu lieu aujourd’hui, des dizaines d’autopatrouilles reluisantes se sont suivies à la queue leu leu, gyrophares allumés . Un vrai sapin de Noël de police.

Sans prétendre être capable de me glisser dans la tête de malade mental de cette trempe, je suis persuadé que le tueur, qu’on dit narcissique à l’extrême – il s’est fait prendre à Berlin dans un café internet alors qu’il surfait sur des sites qui parlaient de lui, c’est tout dire -, devait se réjouir intérieurement de voir le tapis rouge policier qu’on lui a servi. Juste pour lui.

Luka Rocco Magnotta est dangereux, personne n’en doute. Mais un tel déploiement était-il vraiment nécessaire? Avait-on vraiment peur qu’il tente de s’échapper? Come on. Ce n’est pas le parrain de la mafia sicilienne qui peut compter sur de bons petits soldats prêts à mettre en miette quelques voitures de police pour grimper dans la hiérarchie.

Il s’agit d’un débile solitaire. Pas le genre d’individus qui a une feuille de route noircie par des vols de banque spectaculaires et des évasions de prison à faire rougir Roger Caron.  Sérieusement, qui aurait pu penser à l’aider. Et être équipé pour.

Alors pourquoi tout ce déploiement?

Pour le show de boucane. Pour la publicité gratuite. Pour faire oublier les coups de matraque et les jets de poivre de Cayenne des manifestations qui paralysent quotidiennement Montréal et qui monopolisent les bulletins de nouvelles depuis des semaines. Pour l’image.

Je ne dis pas que les policiers du SPVM l’ont facile depuis des semaines. Au contraire. Ils ont, pour la plupart, du jugement et sont forcés d’utiliser la force pour repousser des foules hostiles et briser des émeutes. Ce n’est pas joli, joli à la tivi, c’est vrai.

Mais en donnant un show de boucane pour Magnotta, les hauts gradés du SPVM sont tombés dans le panneau et probablement permis à alimenter le délire d’un psychopathe pour faire une parade de police.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des