Farnham: les candidats à la mairie n’ont pas lésiné sur la dépense

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Farnham: les candidats à la mairie n’ont pas lésiné sur la dépense
Le maire Patrick Melchior a déclaré des dépenses électorales de 5 734 $. (Photo : L’Avenir & Des Rivières – Claude Hébert)

MUNICIPAL. Les candidats à la mairie de Farnham n’ont pas hésité à sortir de l’argent de leur poche ou à solliciter l’appui financier de leurs proches lors de la campagne électorale de novembre dernier.

Le nouveau maire, Patrick Melchior, a déclaré des dépenses de 5 734 $. C’est 130 $ de moins que la limite permise.

Le maire sortant, Josef Hüsler, a par ailleurs engagé des dépenses de 3 412 $.

Les candidats à la mairie de Farnham pouvaient dépenser un maximum de 5 864 $, en vertu d’un mode de calcul basé sur le nombre de personnes apparaissant sur la liste électorale.

Autres candidats

Le sommaire des rapports de dépenses électorales dressé par la trésorière Julie Laguë révèle que deux des douze candidats en lice pour un poste de conseiller ont déclaré des dépenses supérieures à 1 000 $. Il s’agit de Sylvie Ouellette, nouvelle conseillère du district 3, et de Charles LaBrèque, candidat défait dans le district 2.

Nathalie Dépeault, conseillère du district 1, Daniel Campbell, conseiller du district 2, et France Vaudry, candidate défaite dans le district 2, suivent pas très loin derrière avec des dépenses de l’ordre de 900 $.

Micheline Gauthier et Lionel Kaboré, candidats défaits dans le district 3, n’ont déclaré aucune dépense. Il en va de même pour les conseillers des districts 4 et 5, Vincent Roy et Jean-François Poulin, réélus par acclamation au terme de la période de mise en candidature.

La lutte électorale dans le district 6 a par ailleurs été remportée par le candidat ayant dépensé le moins. Le total des dépenses de Jean-Yves Boulianne est en effet inférieur à celui de ses adversaires Bruno Barsalou et Rico Laguë.

À Farnham, les candidats à un poste de conseiller pouvaient dépenser une somme approximative de 2 200 $.

Il est intéressant de noter que tous les candidats à un poste de maire ou de conseiller, ayant contribué au financement de leur propre campagne électorale, sont éligibles à un remboursement pouvant atteindre 70 % de leurs dépenses personnelles.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des