Bedford servira de centre d’entraînement régional pour les pompiers

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Bedford servira de centre d’entraînement régional pour les pompiers
Le centre d’entraînement pour pompiers de Bedford s’inspirera notamment des installations de Ville Saint-Laurent. (Photo : Gracieuseté)

SÉCURITÉ . Le projet d’implantation d’un centre d’entraînement régional pour les pompiers aux abords du centre équestre de Bedford devrait prendre forme au cours des prochaines semaines.

Ce centre d’entraînement sera érigé sur la rue Rocheleau, sur un terrain municipal de 40 000 pi2 situé à proximité du réservoir d’eau de Bedford et de la tour de télécommunications de Rogers.

Le nouveau bâtiment de deux étages sera aménagé au moyen de sept conteneurs maritimes de 40 pi que le service de sécurité incendie de Bedford et région vient d’acquérir de la compagnie Philipsburg Transit au coût de 10 000 $.

«La structure viendra s’asseoir sur une base de béton. Les 20 blocs sont déjà sur place et on n’attend plus que l’arrivée de la pelle mécanique (mise à niveau du terrain) et de la grue (déplacement des conteneurs) pour entreprendre les travaux», signale le directeur de la brigade locale, Ralph Gilman.

La réalisation du projet nécessitera un investissement de l’ordre de 100 000 $ et est rendue possible grâce à un don de 60 000 $ de Graymont et une aide financière de 40 000 $ du gouvernement du Québec.

«On doit une fière chandelle à notre instructrice Samantha Salois qui s’est occupée des démarches en vue de l’obtention de la subvention gouvernementale», ajoute le chef pompier.

Les membres du service de sécurité incendie de Bedford et région seront également mis à contribution pour les travaux de soudure, l’aménagement des escaliers et le découpage d’ouvertures (portes, fenêtres) dans les panneaux métalliques.

«Si on inclut les travaux de déboisement, réalisés l’automne dernier, la réalisation du projet demandera à nos pompiers près d’un millier d’heures de bénévolat», précise M. Gilman.

Services de proximité

Les plans du centre d’entraînement ont été finalisés en avril dernier et s’inspirent largement d’installations existantes.

«J’ai notamment profité de mes vacances pour visiter les centres d’entraînement de Beloeil, d’Ottawa, de Cap Canaveral et de Brownsburg-Chatham. Mes collègues Claude Krans et John Fontaine ont également fait le voyage à Rigaud et à Ville Saint-Laurent pour recueillir des idées pour la construction de notre bâtiment», explique le directeur Gilman.

Le centre d’entraînement comportera des sections amovibles qui permettront d’élaborer différents scénarios en matière de combat d’incendie.

Les nouvelles installations permettront la pratique de divers types d’interventions: installer une échelle, éteindre un feu avec une lance, arroser un brasier à travers une fenêtre, découper une ouverture dans la toiture à l’aide d’une scie à chaîne, etc.

Bedford a notamment reçu l’appui des quatre municipalités propriétaires et des directeurs des onze brigades de Brome-Missisquoi pour la réalisation de cet ambitieux projet. L’École nationale des pompiers du Québec a également donné son approbation.

«Les pompiers de Brome-Missisquoi n’auront plus à se déplacer à Beloeil, Valleyfield ou ailleurs, au terme de leur formation de base de 350 heures, pour passer leur examen pratique. Ils auront la possibilité de le faire dans leur région», indique M. Gilman.

Huit pompiers de Sutton et de Lac-Brome se sont déplacés à Bedford le 29 juin pour la réalisation de leur examen pratique. Une autre cohorte, réunissant des sapeurs de Farnham, Bedford, Henryville et Venise-en-Québec, est attendue au même endroit le 28 juillet.

«En attendant la construction du nouveau centre, l’examen a lieu dans une maison temporaire aménagée à l’arrière de notre caserne», signale le chef pompier.

Les installations de Bedford pourront également être mises à profit par les brigades de Brome-Missisquoi et des MRC voisines pour leurs pratiques mensuelles.

«Les membres de notre brigade se réunissent le troisième mardi du mois pour des exercices liés au maintien des compétences. C’est désormais au centre d’entraînement que tout va se passer», explique M. Gilman.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des