L’OBVBM obtient 240 000 $ d’un organisme du Vermont pour son projet d’accompagnement des agriculteurs

Photo de redaction_avenir
Par redaction_avenir
L’OBVBM obtient 240 000 $ d’un organisme du Vermont pour son projet d’accompagnement des agriculteurs
Jonathan Robinson, de Stanbridge East, dans un champ de cultures de couverture. (Photo : Gracieuseté - OBVBM)

ENVIRONNEMENT. Le Lake Champlain Basin Program (LCBP) du Vermont verse 240 000 $ à l’Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi pour soutenir son projet d’accompagnement des entreprises agricoles.

Depuis 2016, l’Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi (OBVBM) offre un service d’accompagnement aux entreprises agricoles afin de les soutenir dans leurs démarches de réduction de la pollution diffuse dans le cadre de son projet intitulé « Interventions ciblées sur le contrôle des eaux de ruissellement et la conservation des sols ».

Le LCBP s’ajoute aux bailleurs de fonds du projet que sont le MAPAQ, l’OBVBM et la MRC Brome Missisquoi avec une contribution majeure qui permet à l’OBV d’engager un second agronome à temps plein.

L’OBVBM a fait le choix de cibler les terres agricoles des bassins versants des cours d’eau entretenus par la MRC Brome Missisquoi ainsi que les secteurs vulnérables à l’érosion identifiée sur le territoire pour ce projet.

Pourquoi cibler l’agriculture?

Depuis des décennies, la baie Missisquoi est affectée par d’importantes fleurs d’eau de cyanobactéries qui perturbent les usages récréatifs, touristiques et l’approvisionnement en eau potable. Ces efflorescences de cyanobactéries sont principalement causées par des apports massifs et continus d’éléments nutritifs (phosphore, azote) et de sédiments provenant du bassin versant.

Certaines améliorations ont été observées au cours des 20 dernières années dans les concentrations en phosphore. Toutefois, les charges annuelles de phosphore demeurent excessives. Celles-ci proviennent à 95 % de sources diffuses liées à l’utilisation du territoire, dont environ 80 % est associé à l’agriculture (principalement les cultures à grands interlignes comme le maïs et le soya qui constituent plus de 60 % des terres en culture).

Méthodologie utilisée

Les plans d’interventions réalisés à l’aide de données géoréférencées, de la microtopographie du territoire, des patrons d’écoulement préférentiels de l’eau au niveau des parcelles agricoles, de la photo-interprétation et des plans de rotation de culture permettent aux agronomes d’identifier, avant de rencontrer les producteurs, quelques problématiques qui seront validées sur le terrain par la suite.

Les cultures de couverture, la culture sur résidus, l’aménagement de bandes riveraines et de zones de captage de sédiments, la gestion serrée des fertilisants et la conversion en prairie pour les secteurs les plus vulnérables sont parmi les actions recommandées par les agronomes du projet pour réduire les apports de phosphore et de sédiments de source agricole. En fonction des coûts et du financement disponible, les entreprises choisiront les recommandations qui conviennent le mieux à leur situation.

À ce jour, près d’une centaine d’entreprises agricoles ont été visitées et sensibilisées à la problématique de la pollution diffuse agricole par les agronomes de l’OBVBM et plusieurs ont démontré leur intérêt à mettre en place les actions recommandées. Parmi les projets déjà réalisés, soulignons l’aménagement de bandes riveraines élargies avec plantation de plus de 12 000 arbustes, l’aménagement d’une trentaine d’ouvrages hydroagricoles, l’implantation de plus d’une centaine d’hectares de cultures de couverture et de cultures intercalaires, la conversion en prairie permanente de plusieurs hectares précédemment cultivés en maïs ou soya, et le retrait de superficie avec aménagement pour la biodiversité – avec compensation financière du programme ALUS (Alternative Land Use Services) pour cinq entreprises.

Travaux d’entretien

Chaque année, la MRC Brome Missisquoi réalise des travaux d’entretien de cours d’eau dans le but premier de répondre à la demande des agriculteurs visant à rétablir le drainage adéquat de leurs terres. Concernés directement par les travaux d’entretien, les producteurs agricoles sont généralement sensibles aux recommandations proposées par les agronomes de l’OBV. Cette approche facilite donc l’engagement et la réalisation des actions dans ces bassins versants.

À raison d’environ 10 kilomètres de cours d’eau entretenus par année sur le territoire de la MRC, une superficie importante du territoire agricole du bassin versant de la baie Missisquoi sera ainsi couverte progressivement par un accompagnement personnalisé. Cette collaboration entre l’OBV et la MRC, ainsi que la formule d’accompagnement des entreprises agricoles des bassins versants des cours d’eau entretenus, est unique au Québec et commence à porter fruits.

Financement du projet

De 2016 à 2023, près de 700 000 $ auront été investis dans le projet « Interventions ciblées sur le contrôle des eaux de ruissellement et la conservation des sols » pour la réalisation des diagnostics et l’accompagnement des entreprises.

Il est à noter que ce financement comprend seulement l’accompagnement agronomique; la mise en place des actions sur le terrain est financée par le programme Prime-Vert du MAPAQ et les entreprises elles-mêmes.

La situation sanitaire actuelle a ralenti les activités de l’OBVBM cette année mais les agronomes, Pascal Genest-Rochard et Adam Lebel, sont toujours à pied d’oeuvre. Les producteurs agricoles intéressés par la mise en place de mesures de réduction de la pollution diffuse peuvent contacter directement l’OBVBM.

 

QUATRE PARTENAIRES FINANCIERS

. LCBP : 240 000 $

. MAPAQ : 225 000 $

. OBVBM : 120 000 $

. MRC Brome Missisquoi : 90 000 $

. Total : 675 000 $

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Aubert Michaud Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Aubert Michaud
Invité

Félicitations à toute l’équipe de l’OBVBM, aux producteurs agricoles de la région qui se retroussent les manches depuis plus de vingt ans devant les enjeux de qualité de l’eau, et aux organismes qui leur font confiance, des deux côtés de la frontière. La préservation de la fertilité de nos terres et de la beauté de nos rivières demeure avant tout un chantier à l’échelle humaine. La communauté de Brome Missisquoi en sait quelque chose, et reçoit encore aujourd’hui ce qu’elle mérite.