LHJMQ: Félix Paquet veut percer l’alignement des Foreurs de Val-d’Or

Photo de Vincent Lambert
Par Vincent Lambert
LHJMQ: Félix Paquet veut percer l’alignement des Foreurs de Val-d’Or
Le défenseur de Bedford, Félix Paquet, estime que son développement avec les Cantonniers lui servira à se tailler une place dans le junior majeur. (Photo : Gracieuseté-Dany Germain)

HOCKEY. Après des mois d’inactivité, voilà que la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) a récemment annoncé que sa prochaine saison débutera le 1er octobre. Et pour le joueur originaire de Bedford, Félix Paquet, c’est le moment ou jamais de prouver sa valeur aux dirigeants des Foreurs de Val-d’Or pour percer l’alignement partant de l’équipe.

«Je n’ai pas eu de confirmation [que je fais l’équipe], commente l’ancien capitaine des Cantonniers de Magog. Je vais essayer de faire ma place. C’est sûr que ça va être une bonne équipe, ça va être plus dur, mais je compte donner mon 100 %. C’est mon but que je me fixe.»

L’arrière de 17 ans a disputé quelques parties dans le circuit Courteau la saison dernière. Même si se tailler un poste ne sera pas une tâche facile, il estime que son développement avec les Cantonniers dans le midget AAA lui servira sans aucun doute.

«Ma première année, j’ai beaucoup développé sur le [désavantage numérique], le système de jeu, bloquer des shots aussi; je n’avais jamais vraiment appris comment on faisait ça, raconte Félix Paquet. Je me mettais dans la ligne, mais pas trop. Là, j’ai vraiment appris les techniques. J’ai comme appris à avoir moins peur. La deuxième année, ça a continué, mais j’ai comme développé mon côté offensif sur l'[avantage numérique]. J’avais plus confiance en mes moyens. Je me développais plus offensivement, donc ça peut me servir dans le junior.»

Pendant le confinement, Félix Paquet s’est surtout entraîné à la maison selon un programme pour garder la forme. Et vers la fin du mois de juin, il a commencé à se déplacer à Candiac pour aller pousser de la fonte puisque c’est là que sa place d’entraînement se trouve.

«Il y avait tous les équipements à l’extérieur, donc on était correct, pas besoin de porter de masque puis on désinfectait tous les poids vu que c’était des poids libres qu’on faisait puisqu’on ne pouvait pas sortir les machines, note le principal intéressé. Je montais deux ou trois fois à Candiac par semaine pour m’entraîner là puis faire de la glace. Je m’entraînais aussi à la maison avec un autre programme pour être en game shape pour les camps.»

Félix Paquet ne cache pas qu’il s’est reposé et qu’il a pris du temps avec sa famille.

«Ça n’arrivera peut-être jamais d’avoir un aussi grand moment de repos dans mes années futures, admet-il. Ça a fait du bien.»

Le retour au jeu sera particulier dans la LHJMQ alors que les parties se dérouleront à huis clos et que les longs voyages seront beaucoup moins nombreux. Félix Paquet en convient, mais il croit que l’expérience laissera tout de même place à du bon hockey.

«C’est sûr que ça va être bizarre un peu de jouer sans partisans dans les estrades, mais ça va faire des plus grosses rivalités avec les équipes, estime-t-il. Je regardais les matchs préparatoires et c’est six matchs contre Rouyn-Noranda qu’on joue en un mois. Ça va faire des matchs intenses pareil.»

L’athlète de Bedford peut évoluer dans pratiquement toutes les circonstances de jeu. Et ses bottes de travail, il les met chaque soir, de quoi plaire les dirigeants dans le junior majeur.

«Un gars qui est capable de faire la job, c’est un peu ça mon identité», confirme-t-il.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des