Desjardins garnit les paniers de Noël tout en encourageant l’économie locale

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Desjardins garnit les paniers de Noël tout en encourageant l’économie locale
Desjardins garnit les paniers de Noël tout en encourageant l’économie locale (Photo : L’Avenir & Des Rivières – Claude Hébert)

COMMUNAUTÉ. La Caisse Desjardins de la Pommeraie a dû modifier sa façon de faire pour la quatrième édition de l’opération «Donnez au suivant», mais le résultat est tout aussi probant.

Les dirigeants, employés et administrateurs de cette institution financière avaient pris l’habitude de se réunir à deux reprises durant le mois de novembre pour cuisiner des petits plats destinés à garnir les paniers de Noël. Les membres de cette organisation avaient également procédé, au cours des années précédentes, à des collectes de denrées en milieu de travail pour les banques alimentaires.

Les dirigeants de la Caisse ont cru bon de revoir la formule, cette année, afin de ne pas exposer les bénévoles de l’opération au coronavirus. La préparation des plats a cette fois-ci été confiée à une entreprise privée et se fait dans un environnement sécuritaire. On a également sollicité la collaboration de certains fournisseurs d’aliments de la région.

«Nous n’aurons pas le plaisir de nous réunir pour cuisiner ensemble, mais ce n’est que partie remise», indique le directeur général de l’établissement, François Désautels, qui a bien l’intention de renouer avec la formule originale dès novembre 2021.

500 pâtés en six jours

La Caisse offrira cette année des pâtés porc et légumes, pouvant nourrir quatre personnes, au Centre d’action bénévole de Farnham, au Centre d’action bénévole de Bedford et environs, de même qu’aux responsables de la guignolée d’Ange-Gardien. Ces plats prêts à cuire et à manger ajouteront un peu de fraîcheur aux denrées non périssables et autres aliments de base garnissant les paniers de Noël.

La propriétaire du restaurant La Sarcelle, Fabienne Girardet, et son assistante, Carmina Sansoucy-Padula, s’occuperont de la préparation des pâtés moyennant rémunération.

«La Caisse remettra 5 $ par plat à la restauratrice. Une autre façon d’encourager l’économie locale en cette période difficile», signale la directrice adjointe de l’institution financière, Nathalie David.

Les deux cuisinières s’occuperont de la confection des plats en dehors des heures normales d’ouverture du restaurant de Bedford.

«Nous entendons procéder en deux temps. La préparation de 250 pâtés sur trois jours dès la première semaine et de 250 autres unités la semaine suivante», précise Mme Girardet.

Les responsables du projet pourront également compter sur l’appui de trois entreprises de la région qui ont accepté de commanditer les denrées nécessaires à la confection des pâtés. Il s’agit de Bonduelle (120 kilos de légumes), F. Ménard (400 kilos de viande de porc), et Métro Plouffe (pâte à tarte, bouillon et ingrédients secs).

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires