Le myriophylle à épis menace nos plans d’eau

Photo de redaction_avenir
Par redaction_avenir
Le myriophylle à épis menace nos plans d’eau
La prolifération du myriophylle à épis perturbe le milieu envahi par cette plante exotique et affecte les espèces aquatiques natives du Québec qui y vivent. (Photo : Gracieuseté)

ENVIRONNEMENT. Plante exotique envahissante, le myriophylle à épis est menaçant pour nos plans d’eau puisqu’il peut former rapidement de grandes colonies denses. Sa prolifération perturbe le milieu qu’elle envahit et affecte les espèces aquatiques natives du Québec qui y vivent.

Le myriophylle à épis a été répertorié dans près de 200 plans d’eau et dans la plupart des régions du Québec; l’aide des autorités municipales et des citoyens est donc importante pour freiner sa propagation et diminuer ses impacts.

Comme la lutte contre le myriophylle à épis n’est pas gagnée et qu’il n’y a pas de moyen simple et rapide d’y parvenir, chaque Québécois peut faire une différence en demeurant aux aguets lorsqu’il visite un plan d’eau. La seule façon de lutter efficacement contre cette plante aquatique réside dans la sensibilisation, dans la prévention et dans la détection précoce.

Comment prévenir sa propagation?

Puisqu’un seul fragment de tige de myriophylle à épis peut suffire pour former une nouvelle colonie, il est souvent propagé d’un plan d’eau à un autre par le biais d’embarcations et d’équipement nautiques.

Il est donc important de bien les nettoyer lorsque l’on change de lac, et ce, à plus de 30 mètres d’un plan d’eau. Pour un nettoyage optimal, on doit

 Inspecter l’embarcation et la remorque;

 Vider les viviers, la cale et le moteur;

 Nettoyer l’intérieur et l’extérieur de votre embarcation et la laisser sécher;

 Répéter ces étapes au besoin et lors d’un changement de plan d’eau.

On peut aussi prévenir la propagation du myriophylle à épis en évitant de naviguer dans les herbiers de plantes aquatiques.

Quoi faire si on l’aperçoit?

Toute personne qui aperçoit cette plante est invitée à signaler sa présence dans l’outil Sentinelle sur le site Web du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Le Ministère pourra ainsi compiler les observations faites depuis son site Web, qui recense la plupart des plans d’eau colonisés par le myriophylle à épis.

Avant de poser des actions de contrôle visant à diminuer la superficie occupée par le myriophylle à épis, les riverains doivent d’abord communiquer avec leur municipalité et le bureau du Ministère de leur région.

Ce type d’interventions peut avoir des impacts sur l’environnement, et donc être assujetti à une autorisation environnementale.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires