Chaleur extrême: la région de l’Estrie en mode alerte

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Chaleur extrême: la région de l’Estrie en mode alerte
Il est recommandé de boire de l’eau de façon régulière durant les périodes de chaleur extrême. (Photo : Gracieuseté)

SANTÉ. La Direction de la santé publique de l’Estrie et le CIUSSS de l’Estrie – CHUS ont fait le point cet après-midi sur l’alerte de chaleur extrême émise par Environnement Canada pour notre région.

Après avoir défini le terme «canicule» – trois jours consécutifs avec des températures de 31 degrés Celsius le jour et de 18 degrés Celsius la nuit – le directeur de la santé publique de l’Estrie a notamment parlé des effets de la chaleur extrême sur les individus (déshydratation, maux de tête, grande fatigue) et rappelé les recommandations d’usage (boire beaucoup d’eau, s’hydrater rester aux frais, réduire ses efforts à l’extérieur).

«En général, le corps humain a besoin de 10 à 14 jours pour s’adapter à la chaleur. Le problème, cette année, c’est que la dernière vague de froid est encore très récente», indique Dr Alain Poirier.

Le spécialiste en santé publique a pris soin d’ajouter que les gens ne doivent pas hésiter à se présenter à l’urgence ou à consulter un médecin s’ils présentent des symptômes de coup de chaleur ou de déshydratation sévère.

Les enfants et la chaleur

La Direction de la santé publique de l’Estrie dit par ailleurs avoir dû adapter les recommandations usuelles en raison de la pandémie de coronavirus.

Dr Poirier recommande notamment aux élèves du primaire d’apporter une gourde à l’école et de la remplir durant la journée. Il prend soin d’ajouter qu’une routine de désinfection est à mettre en place afin de diminuer les risques de transmission du virus.

«Un élève de cet âge devrait boire un peu d’eau à toutes les 20 minutes en période de chaleur extrême», précise-t-il.

Le médecin conseille également aux parents de couvrir la tête de leurs jeunes enfants, d’éviter de les exposer au soleil, de les rafraîchir au moyen d’un bain tiède et de les garder en couche (sans vêtements) lorsqu’ils sont à l’intérieur de la maison.

«Étant donné le très faible nombre de cas de COVID-19 sur notre territoire, les ventilateurs sur pied sont tolérés en respectant certaines balises. Ainsi, le jet d’air ne doit pas être dirigé dans le visage des gens. Un ventilateur qui oscille devrait être gardé en position fixe», ajoute-t-il.

Les aînés et la chaleur

Nancy Desautels, coordonnatrice des mesures d’urgence et de la sécurité civile au CIUSSS de l’Estrie – CHUS, invite les médecins, pharmaciens et autres professionnels de la santé, de même que les directeurs des CHSLD, à faire preuve de vigilance afin de pouvoir repérer les patients vulnérables et leur porter secours rapidement.

«En CHSLD, on recommande d’augmenter l’hydratation des résidents, de surveiller la température des lieux et de porter une attention particulière aux signes ou symptômes de détresse», résume Mme Desautels.

La porte-parole du réseau régional de la santé rappelle que les corridors des CHSLD sont tous climatisés et que les résidents peuvent se permettre de garder leur porte de chambre ouverte. Certaines aires communes (salons, salles de réunion, salles à dîner) sont également dotées d’un système de climatisation.

«Le tiers de chambres sont munis de climatiseurs et l’ensemble des unités murales ont été installées», précise la coordonnatrice des mesures d’urgence.

Sept CHSLD de l’Estrie disposent par ailleurs de systèmes de déshumidification servant à réguler l’air.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires