Les élèves de l’école Saint-Jacques retrouvent le père Noël avec l’aide des lutins de JJB

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Les élèves de l’école Saint-Jacques retrouvent le père Noël avec l’aide des lutins de JJB
Quelque 57 élèves de maternelle et 62 étudiants du secondaire ont passé quelques heures ensemble à l’occasion d’une fête de Noël parrainée par le Programme d’éducation internationale de JJB. (Photo : L’Avenir & Des Rivières – Claude Hébert)

ÉDUCATION. Les échanges culturels entre élèves d’âges différents procurent de précieux souvenirs aux plus jeunes comme aux plus vieux. Le jumelage entre l’école primaire Saint-Jacques et la polyvalente Jean-Jacques-Bertrand est là pour en témoigner.

Chaque année, depuis maintenant dix ans, des élèves de maternelle de l’école Saint-Jacques sont pris en charge par des étudiants du Programme d’éducation internationale (PEI) de la polyvalente Jean-Jacques-Bertrand (JJB) à l’approche de Noël.

L’expérience s’est répétée en octobre dernier quand une soixantaine d’étudiants de quatrième secondaire se sont présentés dans trois des classes de maternelle de l’école voisine pour animer des rencontres visant à développer le goût de la lecture chez les enfants.

Cette belle aventure a connu son point culminant, au début du mois de décembre, quand les étudiants du PEI ont invité les élèves de Saint-Jacques à participer à une demi-journée d’activités récréatives à l’école JJB.

À leur arrivée à l’école, les jeunes visiteurs ont été accueillis par une haie d’honneur et une chorale de lutins chantant Vive le vent. On leur a ensuite demandé de participer à une série de quatre ateliers ayant pour but de recueillir des indices pour retrouver le père Noël enlevé par le Grinch quelques heures plus tôt.

À la recherche des mots-indices

Lors de leur séjour à JJB, les élèves de maternelle ont notamment décoré des biscuits et des sucettes de gâteau (cakepop), fabriqué un bandeau de Noël, pris part à une activité de motricité globale et assisté à une pièce de théâtre en compagnie des lutins du PEI.

L’accumulation des mots-indices découverts lors des différents ateliers a finalement permis aux jeunes participants de former une phrase «Venez me retrouver à l’auditorium!» et de retrouver le père Noël ligoté par le Grinch.

Après avoir parlé au père Noël, les jeunes ont eu droit à un livre de lecture et à un signet fabriqué par les étudiants de JJB. Chaque duo enfant-lutin a ensuite été pris en photo dans un des décors spécialement créés pour l’occasion.

Les livres éducatifs ont été achetés avec les 500 $ offerts par le Club Optimiste  de Farnham alors que les sandwichs et les accompagnements servis lors du dîner communautaire ont été fournis par les étudiants du PEI.

Trois profs de maternelle et une dizaine d’enseignants de JJB ont également collaboré au succès de cette journée. Il s’agit de Karine Nadeau (groupe des Abeilles), Stéphanie Gagnon (groupe des Renards), Magalie Laflamme (groupe des Koalas), Julie Morissette (français), Isabelle Juneau (mathématiques), Annie Perreault (anglais), Serge Guilbert (sciences), Guylaine Marceau (histoire), Judith Messier (arts plastiques), Gabriel Bienvenue (musique), Nicole Bergeron (éthique), Marie Gilbert (éducation physique) et Lancelot Dumontet-Riel (théâtre).

Cette rencontre entre les jeunes des écoles Saint-Jacques et JJB est également très appréciée par les membres du personnel des deux établissements.

«C’est une super journée pleine d’amour, de générosité et de partage», résume Julie Morissette, enseignante en quatrième secondaire à JJB.

Même constat du côté des titulaires des classes de maternelle.

«C’est beau de voir les ados se mobiliser et s’investir pour faire plaisir aux enfants», indique Stéphanie Gagnon, responsable de la classe des Renards.

Sa collègue Magalie Laflamme, responsable de la classe des Koalas, abonde dans le même sens.

«C’est incroyable les liens qui se créent entre les élèves des deux niveaux. Les enfants ont hâte à cette journée d’activités et en parlent tout au long de la semaine précédant leur visite à JJB», précise Mme Laflamme, qui a eu l’occasion de vivre l’expérience à dix reprises.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires