Plusieurs scénarios sur la table pour le Regroupement des gens d’affaires de Bedford

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Plusieurs scénarios sur la table pour le Regroupement des gens d’affaires de Bedford
Le Regroupement a toujours pu compter sur un bon taux de participation des marchands lors de la fête de Noël et de la vente-trottoir. (Photo : L’Avenir & Des Rivières – Éric Patenaude)

AVENIR. Le sort du Regroupement des gens d’affaires de Bedford et région se retrouve entre les mains de ses membres qui devront décider, dans une quinzaine de jours, de l’avenir de l’organisme.

Les membres du conseil d’administration ont déjà annoncé leurs couleurs et espèrent maintenant que des gens d’affaires accepteront de prendre la relève.

«On s’est donné jusqu’à l’AGA (assemblée générale annuelle) du 8 octobre pour décider de la suite des choses. Dans le meilleur des cas, un nouveau conseil d’administration sera formé et le Regroupement poursuivra ses activités comme si de rien n’était. Si personne n’est intéressé à siéger au conseil d’administration, on pourrait notamment suspendre la collecte des chèques pour les cartes de membres tout en continuant à participer à l’organisation de certaines activités promotionnelles comme la fête de Noël ou la vente-trottoir estivale par l’entremise d’un petit comité de travail. Nous mettrons également tout en œuvre pour que la politique de certificats-cadeaux se poursuive», indique le vice-président du Regroupement, Pierre-Luc Gagnon.

Si le Regroupement ne réussit pas à recruter de nouveaux administrateurs, une période d’un an pourrait s’écouler avant que l’organisme entreprenne des démarches pouvant conduire à sa dissolution.

Rallier la Chambre de commerce?

Advenant une dissolution du Regroupement, une partie de ses membres pourrait éventuellement rallier la Chambre de commerce de Brome-Missisquoi (CCBM), elle-même née de la fusion des chambres de commerce de Cowansville, de Farnham et de Lac-Brome.

«Le Regroupement a déjà une bonne collaboration de la CCBM, chacune des organisations évitant de piler sur les pieds de l’autre. Nous partageons notamment de l’information sur nos activités respectives. La CCBM a même organisé un 5 à 7 par le passé dans le secteur de Bedford», signale M. Gagnon.

Invitée à commenter le dossier, la vice-présidente de la CCBM, Martine Bédard, dit espérer que le Regroupement pourra compter sur une bonne relève.

«Il est toujours décevant pour des gens qui s’impliquent depuis des années au sein d’une organisation de la voir disparaître», reconnaît Mme Bédard.

Cette dernière estime par ailleurs qu’il est prématuré pour la CCBM de prendre position.

«Il faut attendre de voir ce qui va se passer et respecter le choix des membres du Regroupement», insiste Mme Bédard.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires