Transfert vers l’Estrie: la MRC de Brome-Missisquoi toujours en réflexion

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Transfert vers l’Estrie: la MRC de Brome-Missisquoi toujours en réflexion
Plusieurs sujets ont retenu l'attention des citoyens lors de l'assemblée mensuelle de la MRC de Brome-Missisquoi. (Photo : L'Avenir & Des Rivières - Claude Hébert)

MUNICIPAL. La MRC de Brome-Missisquoi n’a toujours pas statué sur son appartenance à l’un ou l’autre des deux régions administratives qui la desservent partiellement.

Le député de Granby et ministre responsable de la région de l’Estrie, François Bonnardel, a rencontré des représentants de Brome-Missisquoi, récemment, et leur a notamment proposé un transfert de la direction des Affaires municipales et de l’Habitation en Estrie.

«Le conseil des maires a cependant rejeté cette suggestion et recommande plutôt à M. Bonnardel la création d’un comité de travail regroupant des représentants de la MRC de Brome-Missisquoi, de la MRC de la Haute-Yamaska et des sept MRC actuellement rattachées à l’Estrie pour analyser les avantages et les inconvénients d’un transfert vers cette région administrative», indique le directeur général de la MRC de Brome-Missisquoi, Robert Desmarais.

Ce dernier rappelle que l’idée d’un transfert de vers l’Estrie ne fait pas l’unanimité au sein de la communauté de Brome-Missisquoi. Selon lui, les acteurs du monde agricole et du secteur forestier seraient notamment en désaccord avec le rattachement de la direction régionale de leur ministère à une autre région administrative.

«Avant de dire oui, les maires veulent savoir à quoi ils s’engagent, parce que c’est pour longtemps», ajoute M. Desmarais.

Projet de loi 48

Le comité administratif de la MRC de Brome-Missisquoi recommande au conseil des maires d’exprimer son désaccord à l’endroit du projet de loi numéro 48  dans sa forme actuelle.

Le comité administratif rappelle que le projet de loi sur la fiscalité municipale aurait pour effet de plafonner l’évaluation foncière agricole et aurait du même coup un impact direct important sur les finances des municipalités.

Ses membres estiment par ailleurs que le projet de loi 48 porterait atteinte à l’autonomie municipale et induirait une iniquité entre les contribuables en forçant les municipalités à taxer davantage les autres catégories de payeurs de taxes.

Le comité administratif demande du même coup au gouvernement Legault de s’engager dans une démarche commune avec les municipalités pour trouver une solution durable au problème de la fiscalité agricole.

«Le conseil des maires n’a pas encore statué et se donne un mois de réflexion avant de prendre position», indique Robert Desmarais.

Révision du schéma d’aménagement

Le comité consultatif d’aménagement invite le conseil des maires à amorcer le processus de révision du schéma d’aménagement et de développement.

Les membres du comité font notamment valoir que le schéma a été élaboré à la fin des années 90 et que de multiples modifications y ont été apportées, notamment à la suite de l’intégration de Bromont à la MRC de Brome-Missisquoi.

Le comité consultatif prend également soin de rappeler que le schéma d’aménagement est l’outil tout désigné pour concrétiser la vision du conseil des maires émergeant de la planification stratégique 2017-2032 adoptée à l’automne 2017.

La nouvelle version du schéma d’aménagement dicterait la marche à suivre pour une période de quinze ans (2021-2036).

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires