Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois visitent Brome-Missisquoi

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois visitent Brome-Missisquoi
Stéphan Marcoux, Gabriel Nadeau-Dubois, Manon Massé et Alexandre Legault lors de leur visite à l’organisme Pleins rayons. (Photo : L'Avenir et des rivières - Stéphanie Mac Farlane)

POLITIQUE. Les porte-parole de Québec solidaire (QS), Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, ont profité de leur première sortie officielle à l’extérieur de Montréal pour passer une partie de la journée de mardi dans Brome-Missisquoi, en compagnie du candidat local Alexandre Legault.

L’organisme Pleins rayons, situé sur la rue du Sud à Cowansville, vise à briser l’isolement des gens vivant avec un trouble du spectre de l’autisme ou une déficience intellectuelle. Les 71 participants réparent notamment des vélos et construisent des nichoirs pour les chauves-souris utilisés par les producteurs maraîchers et vinicoles. «Ce sont des gens qui sont valorisés [ici], qui gagnent en estime de soi et qui peuvent ensuite se trouver un emploi», indique Stéphan Marcoux, le directeur général de Pleins rayons.

Les vieux vélos réparés par les participants de Pleins rayons sont redonnés aux gens de la région qui sont dans le besoin. L’organisme à but non lucratif récupère aussi les pièces de vélos qui ne sont plus fonctionnels et vend le métal afin de financer ses activités. L’organisme réutilise aussi des retailles de planches de contreplaqués délaissées par des entrepreneurs en construction pour construire des nichoirs à chauves-souris. Ceux-ci sont vendus et installés chez des producteurs maraîchers et dans des vignobles. «Une chauve-souris mange, chaque jour, l’équivalent de son poids en insectes. À l’Orpailleur, par exemple, le vignoble a réduit de 60 % son utilisation d’insecticides en raison de la présence des chauves-souris», explique Stéphan Marcoux.

Ce dernier précise que Pleins rayons ne reçoit aucun soutien financier des gouvernements provincial et fédéral. Seule la Ville de Cowansville finance l’organisme à raison de deux montants de 7 000 $ et d’une aide pour le loyer dans l’incubateur industriel de Cowansville.

Offrir plus de services

Stéphan Marcoux souhaite conscientiser les politiciens à l’importance d’offrir des services aux personnes de plus de 21 ans qui vivent avec une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme. Actuellement, dès qu’ils atteignent cet âge, ces personnes ne peuvent plus aller à l’école ni obtenir de services à l’exception d’un chèque d’aide sociale.

«Il faut que de l’argent soit investi. On vit une pénurie de main-d’oeuvre. Si on peut investir dans le socioprofessionnel, on va répondre à ce problème de pénurie de main-d’oeuvre. C’est simple à faire. Présentement, on ne valorise pas ce qu’on fait ici [à Pleins rayons]. […] On a sept projets d’économie sociale pour s’autofinancer», mentionne Stéphan Marcoux.

Les efforts faits pour valoriser ces personnes vivant avec un trouble du spectre de l’autisme ou une déficience intellectuelle ont été salués par Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé. «Ce qu’ils ont besoin, c’est une reconnaissance. Ces gens-là font ce que l’État faisait avant et ils le font sans avoir un sou de l’État. Ça ne marche pas. Collectivement, on a à accueillir la diversité de l’humanité et ça inclut des gens qui ont du potentiel extraordinaire», mentionne Mme Massé.

Elle ajoute que les participants sont investis dans ce projet économique. «Ils éprouvent de la fierté à avoir une utilité sociale au lieu d’être écrasés sur leur divan parce qu’on les méprise comme étant des gens qui n’ont pas d’espace dans la communauté», poursuit Manon Massé. Elle soutient que QS souhaite gonfler les enveloppes existantes pour développer ces services. «On pense que c’est une économie qui ne sert pas seulement aux gens qui sont là, mais largement aux communautés. On va faire d’autres annonces», enchaîne Mme Massé.

Agroécologie

En après-midi, le duo, accompagné du candidat de Brome-Missisquoi Alexandre Legault, allait visiter les Jardins de la grelinette à Saint-Armand pour parler des enjeux d’une transition vers l’agroécologie. «Les Jardins de la grelinette représentent très bien le mouvement vers une transition en agroécologie dans la région. C’est né ici. Jean-Martin [Fortier] et Maude-Hélène [Desroches] ont un projet fort qui a une visibilité internationale pour cette transition-là. Pour nous, c’est bon d’aller leur parler pour savoir quels sont les enjeux qui vont nous permettre de faire cette transition-là», indique Alexandre Legault.

En fin de journée, Gabriel Nadeau-Dubois devait participer à l’ouverture du local électoral d’Alexandre Legault, situé au 245, rue Principale, à Cowansville. Une épluchette de maïs était notamment organisée.

 

Partager cet article