Deux hockeyeurs des Artilleurs de Farnham-Bedford pris en otage

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude

HOCKEY MINEUR. Deux jeunes hockeyeurs de 15 ans ne peuvent sauter sur la glace depuis deux mois en raison d’un différend avec la Ligue de hockey mineur de Saint-Jean-sur-Richelieu (LHMSJ) et Hockey Richelieu. Libérés des Aigles de Saint-Jean (midget BB) en début de saison, ils se tournent alors vers les Artilleurs de Farnham-Bedford, du même niveau, dans la région voisine desservie par Hockey Estrie. Depuis le 24 octobre dernier, Hockey Richelieu les empêche d’évoluer avec Farnham, prétextant un non-respect de la procédure de transfert.

Après le retrait de leur fils de l’équipe de Saint-Jean, les deux parents disent avoir eu vent d’un manque de joueurs au sein des Artilleurs, à défaut de rejoindre l’équipe locale midget A. «Si on était intéressé, on pouvait se joindre à eux. Après une pratique, les jeunes ont décidé de faire le saut. L’équipe de Farnham-Bedford s’est occupée du transfert», explique Alain Cloutier, un des parents. Un mois et demi après le début de la saison, ils sont confinés aux estrades en vertu d’un avis émis par Hockey Québec, en plus d’être prié de retourner évoluer dans la LHMSJ.

Les deux paternels, Alain Cloutier et Marcel Denault, dénoncent cette situation, qu’ils perçoivent comme contraignante envers leurs fils de 15 ans. «On vit une grande injustice», laisse tomber au bout du fil Marcel Denault. «Nos gars ont toujours évolué dans le double lettre [avec contacts]. Nous ne sommes pas partis frustrés ou en mauvais termes. Nous avons tout simplement eu l’opportunité d’aller jouer dans la même catégorie qu’on souhaitait, mais dans une autre ville. J’ai l’impression qu’ils craignent qu’on crée un précédent», argue le père.

«Nous nous sommes dit que ça n’avait aucun sens. Tout ce que nous voulons, c’est que nos gars soient heureux. C’est une guerre de clocher entre les deux organisations et les gars sont pris là-dedans. On les sent en otage», de renchérir Alain Cloutier.

Les deux pères soutiennent que toutes les règles de transfert de Hockey Québec ont été respectées dans ce dossier, rappelant que la décision avait été acceptée au départ. «Ce n’est rien contre Hockey Richelieu. Nos gars vont refaire le camp à Saint-Jean, l’an prochain. C’est comme une guerre entre deux organisations», explique M. Cloutier.

La réaction des dirigeants de la LHMSJ et d’Hockey Richelieu n’a pas tardé dans ce dossier.     

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires