Farnham Elementary: le projet de toute une communauté

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Farnham Elementary: le projet de toute une communauté
Mélanie Poudrier

RÉNOVATION. Local défraîchi, manque d’espace, fuite d’eau, la cuisine de l’école primaire anglophone Farnham Elementary était peu attrayante et pas fonctionnelle du tout. Un effort collectif a permis de remédier à la situation.

«Aménagée en 1962, lors de la construction de l’école, notre cuisine était mal éclairée, mal agencée et carrément trop petite», résume le directeur de l’établissement, Chris Morgan.

Ce dernier a décidé de lancer un appel à tous.

«Les besoins étaient là, mais l’école n’avait pas les fonds nécessaires pour effectuer les travaux. On en a parlé à l’un et à l’autre… et ça a fini par devenir un projet de communauté», ajoute M. Morgan.

La Commission scolaire Eastern Townships, le Centre d’action bénévole, le CSSS La Pommeraie, la Ville de Farnham, la MRC de Brome-Missisquoi, les Ambulances Farnham, Armoires Cuisines Action, Construction François Boulanger, Peintre Distinction, Pro-Décor Dufresne et RONA Lévesque ont tous accepté de mettre la main à la pâte sous la supervision de Francis Chalifoux, un parent.

On a d’abord dû abatte un mur, enlever les comptoirs et armoires d’origine, percer un trou pour le service des repas, refaire la plomberie et le système électrique avant de faire place aux nouveaux modules, revêtement de sol et habillage de fenêtre. Du gros travail!

«Sans les subventions, la participation des bénévoles et les réductions de prix sur les matériaux, les dépenses auraient frôlé les 35 000 $», affirme François Boulanger, parent et entrepreneur.

La nouvelle cuisine dessert huit enseignants et 78 élèves de la prématernelle à la sixième année.

«Tout le monde déjeune et dîne à l’école», précise le directeur de l’établissement.

De l’anglais au français

Le Farnham Elementary School a connu une bonne croissance ces dernières années, alors que le nombre d’élèves est grimpé de 48 à 78. L’ajout d’une garderie scolaire a permis d’accommoder plusieurs parents et n’est sans doute pas étranger à l’augmentation de la clientèle.

«On a ajouté une deuxième maternelle il y a deux ans et on ouvre maintenant la prématernelle cinq jours/semaine. L’école comptera par ailleurs deux classes de première année dès la rentrée 2015-2016», signale M. Morgan.

L’école de la rue Saint-Joseph mise également sur ses options hockey, curling et cuisine pour attirer de nouveaux élèves.

«Les cours de cuisine sont offerts au centre d’action bénévole et rejoignent une vingtaine d’élèves. L’an prochain, cette option se donnera dans notre nouvelle cuisine», indique le directeur.

Ce dernier laisse également entendre que la qualité des cours de français langue seconde (450 minutes de français enrichi), de même que l’utilisation du français dans les cours d’éducation physique a modifié le profit de la population étudiante au fil des ans.

«95 % de nos élèves sont issus d’une famille bilingue et plusieurs d’entre eux poursuivent leurs études secondaires à l’école JJB. Certains de nos enseignants sont francophones et beaucoup d’élèves conversent en français à la récréation», poursuit M. Morgan.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires