Farnham: un Relais pour la vie… sans froid!

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Farnham: un Relais pour la vie… sans froid!
Le tour des survivants constitue toujours l'un des moments forts du Relais pour la vie.

CANCER – La huitième édition du Relais pour la vie de Farnham a rempli ses promesses avec plus de 220 participants et des recettes de l’ordre de 50 000$.

«La pluie et le froid n’ont pas joué les trouble-fête comme par les années passées. Nous avons dû retarder le début de la marche en raison d’une bonne averse, mais la pluie s’est fait plus discrète par la suite. Il a plu une vingtaine de minutes vers minuit, puis une dizaine de minutes à l’heure du déjeuner, sans plus», résume Lysanne Lecours, agente de développement à la Société canadienne du cancer.

Garder l’espoir

Le comédien Danny Gilmore, porte-parole de l’événement, a donné le ton à la soirée en rappelant que le cancer touche tout le monde et que personne n’est à l’abri.

«J’ai quitté Farnham, il y a 20 ans, avec un sentiment d’invincibilité. À 40 ans, je réaliser aujourd’hui que la vie est très, très fragile et que vieillir en santé constitue un véritable privilège», indique M. Gilmore.

Le Farnhamien d’origine laisse entendre que sa famille a jusqu’ici été épargnée par le cancer – à l’exception d’un oncle – mais ajoute qu’il avait envie de faire sa part pour aider ceux  qui souffrent.

La situation est bien différente pour Daniel Lamoureux, homme d’affaires de Farnham et président d’honneur de l’édition 2014.

 «Mes pensées vont plus particulièrement à ma belle-mère, décédée d’un cancer il y a maintenant dix ans, et à ma sœur qui a été emportée par cette terrible maladie l’automne dernier (…) J’envoie par ailleurs des pensées positives au fils d’un grand ami qui lutte présentement contre la leucémie et tiens à féliciter tous les marcheurs du Relais, car ils représentent l’espoir», précise M. Lamoureux, avec émotion.

Autres témoignages

Irène Roger a été frappée par le cancer, voilà trois ans, et participe au Relais pour la vie, aux côtés de son frère Raymond Mailloux, depuis ce temps. La Farnhamienne apprécie plus spécialement le souper communautaire et le tour des survivants qui donne le coup d’envoi à cette grande marche à relais de douze heures.

Louis-René Allard, qui a dû lutter contre la leucémie en 2006, vient d’entreprendre de nouveaux traitements de chimiothérapie.

«Ce type de cancer se traite,  mais finit toujours par revenir. J’aurai peut-être une autre rechute vers l’âge de 80 ans», affirme l’homme de 74 ans.

M. Allard ne se laisse pas décourager pour autant et continue de faire du vélo, sur une base assidue, malgré les traitements. Sa plus récente randonnée, de 75 km, l’a conduit jusqu’à Sutton.

Le cancer n’affecte pas que les adultes, loin de là! Justin Choquette, 17 ans de Farnham, apprenait le mois dernier qu’il était atteint d’une forme de leucémie. Les joueurs du club de football Les Astérix ont profité du Relais pour la vie pour offrir leur soutien à celui qui évolue à leurs côtés sur la ligne offensive de l’équipe juvénile de Jean-Jacques-Bertrand.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires