Un hiver somme toute raisonnable

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
Un hiver somme toute raisonnable
Les municipalités dépensent des dizaines

Les municipalités consacrent des milliers de dollars à rendre la conduite hivernale sécuritaire. La saison froide qui tire à sa fin n’aura pas été riche en grosses bordées, sans pour autant épargner les enveloppes allouées à l’enlèvement de la neige. À moins de mauvaises surprises en mars, les budgets sont en voie d’être respectés.

Du côté de Bedford, l’enlèvement de la neige mobilise une somme de 107 700$ dans les prévisions budgétaires pour l’année 2015, dont un peu moins de la moitié (50 000$) a jusqu’ici été utilisée.

En 2014, le montant attribué se trouvait tout juste sous la barre des 105 000$. La municipalité opte pour un mélange de sable, de pierre et de sel, dont elle se procure les composantes auprès de fournisseurs régionaux.

À Cowansville, les opérations de déblaiement et de ramassage de la neige, de même que l’épandage d’abrasifs, reposent sur une enveloppe d’environ 500 000$ pour 2015, une somme sensiblement équivalente à l’an dernier. Le budget s’étend du 1er janvier au 31 décembre.

«Ça va bien de manière générale, il n’y a rien de majeur [par rapport à l’an dernier]. Nous n’avons pas reçu énormément de neige, mais nous sommes obligés de sortir plus souvent, ce qui implique du temps supplémentaire pour les employés cols bleus. Nous n’avons pas eu plus de bris d’aqueduc que l’an passé, malgré le froid plus intense. Ce n’est pas une année qui se démarque particulièrement par rapport aux cinq dernières», analyse Sylvain Perreault, directeur du Service des travaux publics à Cowansville.

La Ville a déjà eu recours à près des deux tiers de son budget de 105 000$ consacré à l’épandage d’abrasifs. Le mélange répandu sur les routes est composé de sel de déglaçage et de pierre. L’utilisation du sable n’est pas retenue, pour les problèmes qu’il pourrait causer au réseau d’égouts pluviaux.

Les deux tiers (20 000$ sur 30 000$) de la somme allouée aux heures supplémentaires ont été utilisés jusqu’à maintenant. Celles-ci sont reliées aux travaux d’hiver, et incluent notamment le déblaiement et le ramassage de la neige, de même que les sorties liées aux bris d’aqueduc.

Avec l’UMQ

Cowansville et Bromont adhèrent au programme d’achats groupés de sel, qui passe par un appel d’offres de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), à l’instar de Granby, Farnham et Lac-Brome. En vertu de cette entente, entre 80% et 120% des prévisions doivent être utilisées; les surplus peuvent être redistribués par l’UMQ.

À Bromont, les opérations d’enlèvement de la neige couvrent 200 km de voies publiques et se découpent en sept secteurs. Le budget consacré au déneigement, qui fonctionne également sur une année, oscille autour de 1,2M$, et il semble en voie d’être respecté.

«Bon an mal an, on dépasse rarement ce budget, et 2015 ne devrait pas y faire exception», laisse entendre Catherine Page, responsable des communications à la Ville de Bromont. Un excédent de 200 000$ a été dégagé dans ce département au terme de l’année financière prenant fin en décembre.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires