Les Alouettes récoltent une victoire à l’arraché de 23-16 contre les Tiger-Cats

Frédéric Daigle, La Presse Canadienne
Les Alouettes récoltent une victoire à l’arraché de 23-16 contre les Tiger-Cats

MONTRÉAL — Ce n’était assurément pas la performance que Danny Maciocia souhaitait quand il a dit, plus tôt cette semaine, que son équipe devait «jouer à son niveau». Mais les Alouettes de Montréal en ont fait juste assez pour signer une importante victoire de 23-16 aux dépens des Tiger-Cats d’Hamilton.

«C’est notre plus grosse victoire jusqu’à la semaine prochaine, a dit mi-figue, mi-raisin l’entraîneur-chef par intérim des Alouettes. C’est une belle victoire, on est satisfait avec celle-ci, mais on n’a pas atteint notre objectif encore. On doit continuer de travailler.»

C’est le deuxième touché du match d’Eugene Lewis, sur une passe de neuf verges avec deux minutes à jouer à la rencontre, et le bel attrapé de Reggie White fils, sur la transformation de deux points, qui ont permis aux Alouettes (6-7) de se sauver avec cette victoire, après un match très ordinaire jusque-là.

Lewis a fait coup double avec cet attrapé, alors que cette passe lui a permis de franchir le cap des 1000 verges aériennes pour une deuxième fois en carrière. Même si tous les 17 008 spectateurs réunis au stade Percival-Molson et la défense des Tiger-Cats savaient que le ballon s’en irait vers lui, Lewis a réussi à faire l’attrapé.

«Si le ballon est dans le stade et que Geno est dans le stade, les chances sont très bonnes qu’il attrape le ballon», a imagé Maciocia.

«J’effectue ce tracé depuis que je suis à l’université, alors je suis très à l’aise avec ce jeu, a offert Lewis, qui a 1006 verges au compteur. Trevor a lancé toute une passe pour me permettre d’effectuer l’attrapé sur ce jeu.»

Alors que Dane Evans (22 en 29, 288 verges) a tout tenté pour permettre aux Tiger-Cats (4-9) de créer l’égalité, Kiondre Smith a perdu le ballon, qui a été récupéré par la défense des Alouettes.

Il est assurément de ce côté le point positif du match chez les locaux: la défense a étouffé les plus grandes menaces des visiteurs, qui ont été limités à un touché — Wes Hills, sur une courte de quatre verges — et trois placements de Seth Small, sur 32, 38 et neuf verges.

Les Alouettes avaient été très ordinaires jusqu’à cet heureux touché de Lewis, même si tout le monde et son prochain ont parlé de la très haute importance de ce duel de section toute la semaine. La formation montréalaise ne s’est pas retrouvée dans la zone payante des visiteurs avant la mi-chemin du troisième quart et jusqu’au début du quatrième, elle tirait de l’arrière.

C’est le placement de 19 verges de David Côté, qui venait de rater une transformation en envoyant le ballon sur le montant, qui a permis aux Alouettes de prendre les devants pour la première fois, 15-13.

Trevor Harris, qui a connu un début de match plutôt tranquille, mais qui a terminé avec 26 passes complétées en 35 pour 244 verges et deux touchés, venait de rejoindre Lewis une série plus tôt sur un jeu de cinq verges pour le premier touché de la rencontre des Alouettes. Côté a également réussi des placements de 41 et 51 verges, son plus long dans la LCF. 

Cette victoire permet aux Alouettes de récolter une sixième victoire, soit autant que les Roughriders de la Saskatchewan, quatrièmes dans l’Ouest, et de remporter un deuxième gain en trois rencontres face aux Tiger-Cats. Cela départagerait les deux clubs en cas d’égalité au classement à la fin de la saison.

«Je me répète, mais ce bris d’égalité et ces deux points d’avance supplémentaires sur les Tiger-Cats, c’est énorme, a déclaré Maciocia. Dans les prochaines semaines, on vise transformer cette course en une course à deux (avec les Argos), mais il reste du travail à faire.»

Ce sixième succès permet également aux Alouettes de s’approcher momentanément à deux points des Argonauts de Toronto, premiers dans l’Est, avec 14 points. Les Argos affronteront le Rouge et Noir d’Ottawa samedi.

Match sans rythme

Le match s’est déroulé sans rythme et dès qu’une équipe semblait vouloir prendre son élan, un jeu raté ou un incident est venu couper court à cette lancée.

Un incident inquiétant est d’ailleurs venu ralentir considérablement le rythme de cette rencontre au troisième quart, quand l’ancien des Alouettes Rodney Randle fils a dû être sorti du terrain sur une civière après un choc violent avec son coéquipier. Après un plaqué réussi aux dépens d’Eugene Lewis, Randle a été frappé à la tête par un autre Tiger-Cat arrivé un peu en retard. Après une bonne quinzaine de minutes  — au cours desquelles une violente bagarre a éclaté dans les estrades derrière le banc des Ti-Cats —, on a transporté Randle. 

Randle a été transporté à l’hôpital, où il pouvait bouger ses doigts et a pu échanger quelques mots avec les médecins. Pour l’instant, rien d’autre n’a transpiré sur son état de santé.

Le spectacle a été à l’avenant. Les deux équipes n’ont pas marqué un seul point. Il a fallu attendre au deuxième quart avant que le préposé au tableau indicateur ne gagne son salaire. L’attaque des Tiger-Cats s’est mise en marche avec une poussée de neuf jeux sur 81 verges pour inscrire son unique touché.

Les Alouettes disputeront la semaine prochaine la victoire aux Elks, à Edmonton, avant de jouer deux «programmes doubles» contre Ottawa et Toronto pour conclure leur saison.

Le club pourrait être privé pour ces dernières rencontres de l’ailier défensif Nick Usher. Le pilier de la ligne défensive des Alouettes a été blessé à une jambe, possiblement à un genou, au quatrième quart. Usher a eu besoin de l’aide de ses coéquipiers pour quitter la surface de jeu.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires