RapidGaz acculée au pied du mur

Le malheur s’acharne sur la famille Rainville. Après avoir été expulsée d’un terrain appartenant à la Ville de Granby, subi un incendie et une explosion, voilà qu’elle voit son fleuron pancanadien RapidGaz poussé au bord de la faillite, a appris l’Express. L’entreprise procède actuellement à la liquidation de ses actifs afin de rembourser des dettes  qui s’élèvent à plus de 7M$.

 

Le géant de la distribution de bonbonnes échangeables pour barbecue, Service d’échange RapidGaz, est acculé au pied du mur par son principal créancier la Banque Laurentienne du Canada, selon une requête déposée en Cour supérieure. L’institution détient une créance de 1 452 563$ «garantie par le biais d’hypothèques mobilières grevant l’universalité des biens meubles de RapidGaz».

 

La banque a déposé le 20 décembre dernier une «lettre de défaut et de demande de paiement ainsi qu’un préavis de l’intention de mettre à exécution une garantie». À la suite de cet avis, les deux parties ont convenu d’une «entente de sursis» en date du 23 décembre. Ce qui a mené RapidGaz à déposer en Cour supérieure un «avis d’intention de faire une proposition» à ses créanciers.

 

«Quand une entreprise présente un avis d’intention de faire une proposition, elle dispose de six mois à partir du dépôt de l’avis pour faire une proposition», explique François Lachance, le syndic en charge du dossier pour la firme Demers Beaulne.

 

Les six mois ne forment toutefois pas un bloc continu. «Dans la loi, l’entreprise dispose d’un premier 30 jours, ensuite elle peut demander une prorogation de 45 jours», précise le syndic.

 

RapidGaz a déjà bénéficié de deux prorogations afin de lui permettre d’obtenir les liquidités nécessaires à sa proposition. Le plus récent délai accordé par le tribunal a été fixé au 5 mars. «Ils peuvent demander un autre 45 jours jusqu’à un maximum de six mois», donne en exemple François Lachance.

 

D’ici là, RapidGaz tente de vendre ses actifs en Ontario et dans l’Ouest canadien, en plus de chercher un investisseur intéressé à racheter les actifs du Québec et des Maritimes. Un mandat a été accordé à la firme Raymond Chabot Grant Thornton pour dénicher des candidats.

 

Selon les documents déposés en cour, RapidGaz aurait accumulé des dettes de 7 068 000$, révèle son bilan financier en date du 31 octobre 2011. En plus de sa dette à la Banque Laurentienne, RapidGaz doit aussi une somme de 1 965 160,87$ à son fournisseur et entreprise soeur Gaz Propane Rainville, ainsi que 258 000$ à sa société mère Gestion Rainville.

 

Malgré l’ampleur de la situation, le président André Rainville reste confiant de rétablir la situation. «Nous attendons encore certaines procédures et tout va rentrer dans l’ordre», a-t-il répondu lorsque rejoint sur son téléphone cellulaire.

 

Sans trop s’avancer sur les détails, l’homme d’affaires assure que des investisseurs se sont montrés très intéressés pour les actifs de l’entreprise en Ontario et dans l’Ouest canadien. Il soutient que tout devrait être conclu en mars.

 

En période de pointe, jusqu’à 120 employés travaillent pour RapidGaz.

 

D’un océan à l’autre
RapidGaz a débuté ses activités en 1998 au Québec et dans les Maritimes. En 2010, l’entreprise granbyenne, dont le siège social est situé sur la rue Saint-Charles Sud, a étendu ses activités d’un océan à l’autre. Elle a alors fait l’acquisition d’un réseau de plus de 1 000 points de distribution en Ontario et dans l’Ouest canadien.

 

On retrouve 2 900 sites de distribution répartis dans les dix provinces du Canada, dont 1 820 au Québec, 391 en Ontario, 189 au Nouveau-Brunswick, 150 en Alberta et 136 en Nouvelle-Écosse. Près de 111 000 bonbonnes de gaz sont actuellement en circulation.

 

Parmi les créanciers sans garanties…
-Cal-Gas (Calgary)  45 622,16$
-Renovex (Reno, PA)  20 233,44$
-Ultramar Ltée (Montréal) 34 796,97$
-Viper fuels (Chemainus, BC) 24 796,05$

À Granby
-Papeterie Écologic 1 013,18$
-Philip Paquin 1 540,41$
-Pneus mécanique Gagnon Lessard 1 698,11$
-Rainville automobile 16 042,15$
-Raymond Chabot Grant Thornton 2 477,87$
-Réparation SOS lift 2 930$

À Cowansville
-Industries Pépin 12 988,74$

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires