La consommation de crème glacée fond à vue d’œil

La consommation de crème glacée fond à vue d’œil
Contrairement aux statistiques

ALIMENTATION. Gelato et sorbet ont pris toute la place dans les présentoirs des bars laitiers. Tellement que les traditionnelles «crèmes dures» semblent disparues. Une impression que confirment les statistiques, alors que la consommation de crème glacée a chuté de près de 52% en 20 ans.

La décroissance est constante au Canada depuis le milieu des années 1990. Entre 1995 et 2014, la consommation annuelle par personne est passée de 11,39 à 5,49 litres, d’après les données de Statistique Canada.

Ces chiffres tendent à confirmer les projections d’une étude réalisée en 2005 pour le compte d’Agriculture et agroalimentaire Canada. La firme Serecon management consulting prévoyait que la consommation de crème glacée chute de 50% entre 2003 et 2020. À cinq ans de l’échéance, la décroissance a déjà atteint près de 41%.

Selon cette même étude, les consommateurs recherchent des produits moins gras. On cite les sorbets et les yogourts glacés comme des alternatives prisées. C’est toutefois la croissance fulgurante des glaces italiennes, les gelato, qui semble avoir raflé les parts de marché perdues par la crème glacée traditionnelle.

Brome-Missisquoi à contre-courant

Le portrait des crèmeries dans Brome-Missisquoi, se chiffrant à 13 selon une compilation maison effectuée par le Journal Le Guide, semble défier les pronostics. On retrouve davantage de crèmeries traditionnelles que de spécialisées.

À Cowansville, un nouveau venu chamboule l’offre traditionnelle de la région. Le Steffanos Gelato, auparavant à Dunham, a ouvert ses portes le weekend dernier et s’ajoute ainsi à la Boule de neige, au Bar Laitier Nord Sud et au Bar laitier Gelato. Avec des saveurs comme épinard, chocolat et menthe et bacon au sirop d’érable, le Steffanos se démarque.

Le propriétaire du Bar laitier Gelato, Yvon Gagné, en est sa septième saison. Il considère l’arrivée du Steffanos comme un défi. Ce ne sera pas son premier. «On a démarré l’entreprise à zéro. On a connu des débuts difficiles, mais maintenant on est en pleine croissance. On est arrivé avec des produits différents comme de la gelato et des sorbets. Ensuite, on a créé des desserts à base de gelato».

Cela dit, son plus gros vendeur demeure la crème glacée molle.

Pas de gelato à Farnham

À Farnham, les amateurs de crème glacée se rendent chez Mariette depuis plus de 30 ans. Situé à quelques pas du centre-ville, le bar laitier offre tout ce qu’on connait de l’univers traditionnel de la crème glacée. «Il n’y a pas de gelato et non je n’en aurais pas, lance d’emblée Josée Goyette, propriétaire de Chez Mariette. La raison est simple, c’est que ce sont des produits dispendieux qu’on achète quand on est en vacances. Moi, j’ai la chance d’avoir une clientèle locale et stable. Ce ne sont pas des gens en vacances, ce sont des gens qui veulent des produits abordables.»

Propriétaire de l’endroit depuis huit saisons, elle n’a pas remarqué une baisse d’achalandage. Elle rapporte que la crème glacée dure et les 24 saveurs de crème molle sont toujours populaires.

Le bar laitier Crème et Moustache, à Bedford, a ouvert ses portes en mai. La copropriétaire, Kateri Charbonneau, a lancé ce commerce avec son fils, Jérémie Boisvert, grand adepte de fabrication de gelato.

Si le présentoir accueille des gelatos, c’est simplement en raison du dada de son fils, explique-t-elle. «Dès le départ, on avait convenu qu’il y aurait de la gelato parce que mon fils adore en faire. Comme notre commerce est assez petit, il n’y a pas de crème glacée dure pour une question d’espace principalement et ce n’est pas dit qu’il n’y en aurait jamais».

Certes, ces types de produits glacés sont appréciés de sa clientèle, mais elle rapporte que tous ses autres produits, allant de la crème glacée molle au cappuccino glacé, le sont également.

100% maison

Tout sourire, la propriétaire de la Chocolaterie Muriel à Sutton, Muriel Norka, présente les saveurs de son coin crémerie. Allant d’un sorbet à la fraise à une glace au chocolat blanc et caramel, elle est fière de dire que ses glaces et ses sorbets sont faits maison. Même ses cornets sont faits maison.

«J’ai fait des recherches pour trouver mes recettes. J’ai regardé dans mes livres de cuisine et sur Internet pour avoir la meilleure recette de glace. Avec ça, j’ai créé ma propre recette», dit celle qui est originaire de la Bolivie.

À Sutton, Muriel Norka est la seule à offrir des produits glacés maison. Le mot s’est passé. «J’ai de plus en plus de clients qui viennent pour déguster ma crème glacée», rapporte-t-elle.

Sur la Principale, outre la Chocolaterie Muriel, la Cantine Route 139 offre de quoi satisfaire ceux qui ont la dent sucrée. Crème glacée molle, dure, Mont Blanc et Blizzard sont du menu. 

Les audacieuses

Il y a vanille, chocolat et toutes les autres. La rédaction a regroupé les saveurs les plus audacieuses de la région.  

– Crème aux marrons maison (Chocolaterie Muriel, Sutton)

– Gelato au bacon et sirop d’érable (Steffanos Gelato, Cowansville)

– Gelato aux épinards, chocolat et menthe (Steffanos Gelato, Cowansville)

– Sorbet au sureau du Boisé Pinson (Ferme Héritage Miner, Granby)

– Gelato au thé chaï (Crème et Moustache, Bedford)

– Gelato pour diabétique aux petits fruits, sans sucre, sans lactose, sans gras (Bar Laitier Gelato, Cowansville)

 

Avec la collaboration d’Ugo Giguère

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires