Le projet de Jérémy Allard franchit une nouvelle étape

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Le projet de Jérémy Allard franchit une nouvelle étape
Jérémy Allard a reçu la médaille de l’Assemblée nationale

Le projet de création d’une journée de sensibilisation à l’intimidation, initié par la famille du jeune Jérémy Allard et soutenu par la députée Marie Bouillé, a franchi une nouvelle étape la semaine dernière avec la mise en ligne d’une pétition sur le site de l’Assemblée nationale du Québec.

L’auteur de la pétition signale que l’intimidation est devenue un fléau dans les écoles et qu’une telle situation cause des séquelles permanentes chez les jeunes.

On précise également que l’intimidation est extrêmement coûteuse pour la société lorsque les victimes se retrouvent dans notre système de santé pour le traitement de syndromes post-traumatiques, de dépression et de tentative de suicide.

L’auteur de la pétition insiste par ailleurs sur le fait que certaines victimes d’intimidation ne voient pas de solution à leur problème et finissent par commettre l’irréparable. Il ajoute que l’intimidation ne brise pas seulement des vies, mais détruit les familles qui manquent de moyens pour faire face à la situation.

La pétition fait valoir que la création d’une journée de sensibilisation à l’intimidation rappellera aux membres  des générations futures qu’ils ne sont pas seuls face à ce fléau tout en encourageant la tolérance et en favorisant l’entraide.

«Le dernier paragraphe du texte de la pétition reprend une phrase de Jérémy en précisant que nous avons suffisamment perdu de jeunes qui auraient pu écrite l’histoire de demain», précise la mère de l’adolescent de Sainte-Angèle-de-Monnoir, Josée Desrochers.

Prochaines étapes

La pétition est en ligne depuis le 17 octobre dernier et demeurera accessible jusqu’au 22 novembre prochain. On peut y accéder en cliquant sur le lien suivant: https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-4393/index.html

«La pétition, mise en ligne il y a moins d’une semaine, a déjà été signée par 153 personnes et ça continue», indique la mère de Jérémy, d’un ton optimiste.

La marraine du projet, Marie Bouillé, devrait déposer la liste de signataires avant l’ajournement de la session parlementaire, soit au plus tard en décembre prochain.

«La députée ne disposera que de quelques jours, après le retrait de la pétition sur le site de l’Assemblée nationale, pour en faire le dépôt», ajoute Mme Desrochers.

Au dire de cette dernière, le dossier chemine au sein du gouvernement du Québec depuis près d’un an et est présentement à l’étude au cabinet ministériel de Marie Malavoy.

«La décision appartient à Mme Malavoy qui pourrait faire une annonce dans les prochaines semaines ou les prochains mois. La ministre peut agir comme bon lui semble et n’est pas forcée d’attendre le dépôt de la pétition pour procéder»,  laisse entendre Josée Desrochers.

Marche contre l’intimidation

Les démarches de Jérémy Allard et de sa famille auprès des autorités gouvernementales constituent l’aboutissement d’une longue bataille.

Le jeune garçon de Sainte-Angèle a été victime d’intimidation dès l’âge de six ans, quand il a joint les rangs du  Club de patinage artistique de Saint-Césaire. Il a également connu sa part de difficultés à l’école primaire Jeanne-Mance, où certains enfants se moquaient de lui.

Après avoir assisté à une conférence du comédien et animateur Jasmin Roy, où ce dernier décrivait l’intimidation dont il avait été victime, Jérémy Allard eu l’idée d’organiser une marche de sensibilisation. Pas moins de 400 personnes ont répondu à son appel et parcouru les rues de Sainte-Angèle, le 6 mai 2012, aux côtés de Jasmin Roy, président de la fondation du même nom et de Georges Laraque, ex-joueur des Canadiens de Montréal et chef adjoint du Parti vert du Canada. L’adolescent de neuf ans recevait, un mois plus tard, la médaille de l’Assemblée nationale.

«Au lendemain de la marche, mon fils m’a demandé s’il y aurait une suite à l’événement. C’est en réalisant que la démarche pourrait s’arrêter là qu’il a eu l’idée de dédier une journée par année à la lutte contre l’intimidation. La date du 6 mai est riche de  sens pour Jérémy et lui est venu en tête tout naturellement», explique Mme Desrochers.

Canal Vie a par ailleurs consacré un reportage à Jérémy Allard, le 30 septembre dernier, dans le cadre du deuxième épisode de la série Les intimidés. Cette émission, réalisée en collaboration avec la Fondation Jasmin Roy, est diffusée le lundi à 20 heures.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires