Odette Ménard confirme sa candidature

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Odette Ménard confirme sa candidature
Odette Ménard siège à l’hôtel de ville d’Ange-Gardien depuis huit ans

La mairesse Odette Ménard briguera de nouveau les suffrages, en novembre prochain, à Ange-Gardien. Cette dernière se présentera à la tête d’une équipe de sept candidats.

«Mon équipe sera formée d’élus municipaux et de nouveaux venus sur la scène politique. Plusieurs candidats sont déjà ciblés», précise-t-elle.

L’élue tient à faire une distinction entre les notions de parti et d’équipe.

«Une équipe accorde une certaine autonomie à chacun de ses membres. Il n’y a pas de pensée monolithique au sein d’une équipe et ses membres peuvent s’exprimer plus librement que dans un parti. C’est l’idéal, car chaque conseiller a ses projets de district à défendre», explique Mme Ménard.

La politicienne n’est pas sans savoir qu’elle ne fait pas l’unanimité au sein de la population, mais ne semble pas s’en offusquer. Elle s’attend d’ailleurs à rencontrer de l’opposition lors du prochain scrutin et laisse entendre que des rumeurs courent déjà à ce sujet.

«Les gens ont le droit d’avoir des alternatives. C’est même sain pour la démocratie», affirme la principale intéressée.

Cette dernière rappelle que son équipe proposait du renouveau aux élections de 2009 et a été élue sur la base de son programme.

«L’ancien maire, Rosaire Houle, avait fait de belles choses, mais il était là depuis 32 ans… Nous sommes arrivés avec de nouvelles propositions d’activités et une manière de fonctionner différente qui semblent avoir rallié les citoyens. Une fois élus, nous avons mis en place ce à quoi on croyait», poursuit-elle.

Bilan des réalisations

Odette Ménard estime que le conseil municipal «a livré la marchandise» au cours des quatre dernières années.

Parmi les réalisations dignes de mention, la mairesse signale l’agrandissement de la bibliothèque et le réaménagement de l’hôtel de ville (salle d’assemblée, bureau du maire, entrée principale, etc.).

Les élus, signale-t-elle, ont également fait preuve d’initiative pour bonifier l’offre de service en matière de loisirs.

«La clientèle des camps de jour est passé de 40 à 100 enfants. Les installations n’ont pas changé, mais l’ajout de sorties fait en sorte que les jeunes ne sont plus toujours cantonnés au même endroit», indique Mme Ménard.

Le conseil a par ailleurs opté pour la mise en place d’un skate park permanent et prévoit renouveler les modules dans un avenir rapproché On a également aménagé un anneau de patinage, prolongé le réseau de pistes cyclables et remplacé le sable du terrain de baseball à la suite du retour en force de la ligue de balle.

«Les jeunes familles qui choisissent de s’établir à Ange-Gardien ne le font pas pour l’aqueduc ou le réseau routier, qui accaparent pourtant une grosse part du budget, mais pour la qualité de vie qu’on y offre. Une offre intéressante en matière d’activités culturelles et de loisirs contribue à attirer de nouveaux citoyens tout en faisant la joie des résidents», explique la mairesse.

Terrain et parc écologique

Odette Ménard ajoute que l’acquisition d’un terrain d’un hectare sur la rue Saint-Georges, au coût de 190 0000 $ et l’appui de la municipalité au projet de parc écologique au lac Bleu répondent au même objectif.

«Le terrain de la rue Saint-Georges est bien situé, à trois minutes à pied de l’école et à moins d’un kilomètre des développements urbains. Son acquisition nous permettra de relocaliser les terrains de balle et de soccer. Il faut  bien comprendre que les installations de l’école primaire ne sont pas accessibles à la population durant le jour et, ce, dix mois par année. Le site conviendrait également à merveille à la construction d’un centre communautaire qui permettrait notamment d’accueillir les jeunes utilisateurs des camps de jour actuellement confinés dans la grande salle de l’hôtel de ville», précise Mme Ménard.

Cette dernière rappelle par ailleurs que la participation de la municipalité au projet de parc écologique au lac Bleu (une contribution de l’ordre de 12 000 $ à 25 000 $ sur un budget global de 190 000 $) est un <I>must<I> pour l’obtention d’une subvention de 110 000 $ du Fonds du pacte rural de la MRC de Rouville.

Communication et transparence

L’administration Ménard a également mis l’emphase sur les communications au cours des quatre dernières années avec la publication du bulletin Le Gardangeois, la mise en ligne régulière des procès-verbaux sur le site de la municipalité et la rencontre mensuelle maire-citoyens (premier samedi du mois).

«Seulement une quarantaine de personnes ont assisté aux assemblée publiques, entre 2005 et 2009, durant le dernier mandat du maire Houle. Depuis les dernières élections, on note en moyenne la présence d’une dizaine de citoyens par assemblée», se plaît à rappeler la mairesse.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires