Prise d’otage au pénitencier de Cowansville

Le pénitencier de Cowansville a été le théâtre d’une prise d’otage mardi. Un membre du personnel de l’établissement carcéral est présentement séquestré par un détenu.

 

La prise d’otage a débuté vers 10h45, mardi. «Un détenu, un homme, s’est barricadé dans une pièce avec un membre du personnel. C’est une prise d’otage en évolution», explique le porte-parole du Service correctionnel du Canada (SCC), Serge Abergel.

 

Les autorités ont confirmé que le détenu n’avait pas en main une arme à feu ou un objet contondant, mais ils ignorent si celui-ci est en possession d’une arme artisanale. «Dans un cas pareil, un stylo peut devenir dangereux», poursuit M. Abergel.

 

Une équipe de négociateurs spécialisés du SCC est sur place. «Les négociations sont en cours. Ils échangent avec le détenu. Ça prendra le temps que ça prendra, l’important c’est que ça se résorbe de manière sécuritaire», poursuit M. Abergel.

 

Au moment de publier ce texte, personne n’avait été blessée. Afin de ne pas nuire aux négociations, le SCC refuse de spécifier dans quelle unité – qui en compte quatre – l’employé est séquestré, s’il s’agit d’un homme ou d’une femme et ses fonctions à l’intérieur de l’établissement de sécurité moyenne.

 

«On peut dire que la prise d’otage n’a pas lieu dans une cellule, mais bien dans une pièce», enchaîne Serge Abergel. Environ 310 personnes travaillent au pénitencier de Cowansville.

 

Les détenus, au nombre de 423 selon les dernières données du SCC, sont confinés à leur cellule jusqu’à nouvel ordre afin de limiter les déplacements à l’intérieur de la zone sécurisée. «Toutes nos énergies sont à résorber cette situation», dit le porte-parole du SCC.

 

Serge Abergel précise que l’homme, le détenu, présente un profil type d’un établissement à sécurité moyenne. «Il ne représente pas la plus haute menace.» Toujours d’après des données fournies par le SCC, la moitié des détenus purgent une peine supérieure à 40 mois, tandis que 20% d’entre eux sont condamnés à perpétuité.

 

La famille de l’employé pris en otage a été informée et est mise au fait de tous les développements de la séquestration.

 

La sécurité interne est assurée par le personnel du SCC. «Des ambulanciers sont sur place par mesure préventive», ajoute Serge Abergel.

 

La Sûreté du Québec, pour sa part, limite l’accès à l’établissement.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires