Une caisse bilingue à Massey-Vanier

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Une caisse bilingue à Massey-Vanier
Le personnel de la caisse étudiante Massey-Vanier Uni est composé d’élèves des deux communautés linguistiques. On les voit ici dans l’ancien vestiaire transformé en comptoir financier.

Déjà active auprès des élèves de secondaire 4 et 5 de Massey-Vanier avec ses capsules d’éducation financière, la Caisse populaire de Brome-Missisquoi accentue sa présence dans cet établissement scolaire avec l’ouverture d’une caisse étudiante bilingue. Une première au Québec!

«Cette initiative, qui bénéficie de l‘appui des deux commissions scolaires et du soutien financier des caisses de Bedford, Waterloo et Granby-Haute-Yamaska, vise à promouvoir l’épargne et l’acquisition de saines habitudes de consommation chez les jeunes francophones et anglophones de Massey-Vanier», résume la directrice des communications et de la vie associative à la Caisse de Brome-Missisquoi, Hélène Sactouris.

La Caisse Massey-Vanier Uni sera gérée par un conseil d’administration composé de sept élèves issus des deux commissions scolaires. Tehya Lemaire, une étudiante de secondaire 5 au Massey Vanier High School, assumera la présidence du CA alors que les enseignants Kim Brault, Robert Huard et Joël Bergeron agiront à titre de personnes-ressources.

«Ce n’est évidemment pas la première entente de partenariat entre Val-des-Cerfs et Eastern Townships… et sans doute pas la dernière!», signale la directrice du Eastern Townships School Board, Chantal Beaulieu.

Le président de la CS du Val-des-Cerfs, Guy Vincent, partage cet avis.

«Le partenariat anglo franco à Massey-Vanier existe depuis 40 ans et ça fonctionne toujours», affirme M.Vincent.

Les directeurs des deux établissements concernés appuient sans réserve le projet de caisse scolaire bilingue.

«Il est agréable de travailler ensemble et ce, pour le bénéfice de la jeunesse», soutient Thomas Hamer, directeur du Massey Vanier High School.

«Le projet permettra de tisser des liens encore plus étroits entre les étudiants des deux écoles», ajoute Normand Phaneuf, directeur de l’école secondaire Massey-Vanier.

Gamme de services

Le comptoir de la caisse étudiante a été aménagé, au coût de 30 000 $, dans un ancien vestiaire attenant à l’auditorium. Il desservira 2 700 élèves des deux communautés linguistiques.

Les jeunes pourront utiliser le nouveau comptoir pour diverses transactions courantes (dépôt, retrait, info-solde), du mardi au vendredi, à l’heure du dîner.

«L’étudiant ne sera pas obligé d’effectuer un retrait minimum de 20 $ comme au guichet automatique. Il pourra ainsi retirer 4,50 $ pour payer son dîner à la cafétéria, sans plus de formalité. Il est souvent trop facile de dépenser l’argent qui se trouve dans nos poches ou notre sac à main», explique Mme Sactouris.

La caisse étudiante sera également en mesure de fournir aux étudiants de précieux conseils en matière de gestion financière et de les aider à mieux planifier l’avenir.

«Les finissants qui préparent leur entrée au cégep doivent faire face à de nouvelles obligations et les questions ne manquent pas. La location d’un appartement, l’achat d’une auto, les programmes d’aide financière, le régime public de prêts et bourses sont autant de sujets de préoccupation», ajoute la directrice des communications à la Caisse de Brome-Missisquoi.

Les étudiants devront cependant prendre la peine de fixer un rendez-vous pour se prévaloir des avantages offerts par le service-conseil.

«Il leur sera notamment possible de prendre rendez-vous au moyen d’un texto. À cet âge-là, tout le monde <I>texte<I> et la caisse étudiante n’avait pas d’autre choix que de se mettre au diapason», poursuit Mme Sactouris.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires